Actu Vivre sainement
01 juin 2021

partagez

Avis favorable à la vaccination des 16-17 ans avec le vaccin Pfizer

Le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) vient de rendre un avis favorable concernant la vaccination des jeunes âgés de 16 à 17 ans avec le vaccin Pfizer. Voici quelques précisions sur ses recommandations ! 

Vaccination des 16-17 ans 

Le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) est un organisme scientifique qui réunit des experts et formule des avis afin de permettre aux autorités de prendre des décisions. Début du mois de mai, le CSS avait été sollicité pour donner un avis sur la vaccination contre la Covid-19 des jeunes de 16 à 17 ans. Il s’est prononcé récemment en faveur de la vaccination pour cette tranche d’âge, avec le vaccin développé par Pfizer/BioNTech (Comirnaty®). Plus précisément, le CSS recommande que les jeunes de cette tranche d’âge soient vaccinés selon les mêmes modalités que celles prévues par la Taskforce pour la population générale.

Le CSS conseille aussi que les jeunes âgés de 16 à 17 ans qui ont des comorbidités soient vaccinés rapidement comme le sont les patients de plus de 18 ans avec comorbidités. En outre, le CSS avait déjà recommandé précédemment qu’une attention particulière soit portée aux proches, y compris les jeunes de 16 à 17 ans, vivant sous le même toit qu’une personne immunodéprimée. Les autres vaccins utilisés contre le coronavirus ne sont actuellement pas approuvés pour les 16-17 ans. Une fois que ce sera le cas, ces vaccins pourraient également être utilisés.

Quel bénéfice ? 

Les 16-17 ans représentent environ 2,16 % de la population belge. Ils ne sont pas particulièrement concernés par la mortalité ou la morbidité liée à la Covid-19 (le bénéfice de la vaccination sur le plan individuel est faible), mais ils peuvent contribuer à la circulation du virus. Les adolescents ont en effet plus de contacts sociaux. Leur vaccination pourrait donc contribuer à limiter la transmission du virus. De même, la vaccination de cette tranche d’âge pourrait réduire le stress lié à la circulation du virus dans les écoles, à la fermeture des classes, etc. L’engagement positif des adolescents dans la campagne de vaccination pourrait aussi avoir un impact positif global important. Mais selon le CSS, quelques questions éthiques se posent.

Vacciner ces adolescents ne permettrait pas de réduire significativement la pression sur les hôpitaux et les soins intensifs. De même, à l’heure où les vaccins ne sont pas encore disponibles en masse partout dans le monde, que penser de la vaccination des jeunes, qui ne sont pas à risques, alors que des patients plus âgés et plus vulnérables n’ont pas accès à la vaccination dans d’autres pays ? Aux autorités maintenant à prendre la meilleure décision, sur la base de ces recommandations ! 

Plus d’infos ? 

Consultez l’avis du CSS dans son intégralité