ActuVivre sainement
08 août 2019

partagez

Un nouveau réseau pour des soins de santé scientifiquement validés

Votre médecin généraliste, votre dentiste, votre infirmière... doivent évidemment vous fournir des soins et des informations de qualité. Pour cela, ils ont besoin de directives de qualité, basées sur les dernières évolutions scientifiques. Le nouveau réseau 'Evidence-Based Practice' a été mis en place pour s'assurer que nous nous engageons dans la bonne direction !

Une plateforme unique

Soyons clairs : la qualité des directives adressées aux médecins dans notre pays est bonne. Seule la manière dont elles sont conçues manquait de cohérence. C'est ici que ce nouveau réseau intervient. Il s'agit d'une plateforme unique, où les médecins ont libre accès à des directives de qualité, adaptées à la population belge. Et basées sur les derniers développements scientifiques.

Pour les prestataires de soins de première ligne

Dans un premier temps, ce réseau se limite aux prestataires de soins de première ligne : médecins généralistes, pharmaciens, infirmières, sages-femmes, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, logopèdes, podologues, dentistes et diététiciens. Les organisations professionnelles de ces prestataires de soins participent à cette initiative et continueront d'élaborer des directives, mais en établissant des priorités, des stratégies et des procédures.

Plus d’infos

Consultez le site du Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE).

 

Autres articles

Les coaches santé

Avez-vous déjà entendu parler de la VVGC (Vlaamse Vereniging Gezondheidscoaches) ? Une belle initiative à laquelle la Mutualité Partena apporte son soutien. Cette association professionnelle a notamment pour objectif d’éviter la prolifération sauvage des coaches ... ou même de charlatans ! Sachez par ailleurs que vous pouvez aussi bénéficier du remboursement de consultations de diététique : 40 euros après 4 séances chez un coach santé accrédité.
15 janvier 2020

Chaque jour, 6 jeunes hospitalisés à cause de l’alcool

En moyenne, 6 jeunes âgés de 12 à 17 ans se retrouvent quotidiennement à l'hôpital après une séance de "binge drinking". Pour les jeunes, l’abus d’alcool est particulièrement nocif. Les Mutualités Libres préconisent davantage d’investissements dans la prévention, ainsi qu’une réglementation plus stricte.