ActuVivre sainement
22 février 2018

partagez

Un Belge sur deux passe chaque année un examen d’imagerie médicale

Radiographies, scanners, échographies,… Près d’un Belge sur 2 passe chaque année un examen d’imagerie médicale. Ce type d’examen a augmenté de 3,7 % entre 2006 et 2015. Ces statistiques sont extraites des chiffres les plus récents de l’Atlas AIM regroupant toutes les données mutualistes. 

Hausse du nombre d’examens

Entre 2006 et 2015, le nombre d’examens d’imagerie médicale est passé de 53,1 % à 56,8 %, ce qui revient pratiquement à dire que la moitié des Belges passe tous les ans une radiographie, un scan ou une échographie.

On note toutefois quelques (petites) différences régionales. En 2015, 51,2 % des Bruxellois, 55,1 % des Flamands et 58,1 % des Wallons ont dû passer un examen d’imagerie médicale. Par rapport à 2006, il n’y a qu’à Bruxelles que ce pourcentage a baissé. Les différents types d’imagerie médicale ont d’ailleurs quasiment tous connu une hausse. 

Point d’attention pour la politique

Selon l’Agence Intermutualiste (AIM), ces chiffres en augmentation sont un signal pour les autorités. Une exposition excessive aux rayonnements ionisants entraîne en effet certains dangers. Pourtant, le nombre de personnes qui ont, par exemple, réalisé un CT-scan ne cesse d’augmenter : 10,3 % en 2006 contre 12,6 % en 2015.

La communication entre le médecin et le patient est primordiale pour éviter une exposition inutile aux rayons. Il est conseillé d’entamer le dialogue avec votre médecin généraliste ou dentiste, afin de discuter des avantages de l’examen par rapport aux risques pour votre santé.

 

Article tags:

Autres articles

05 octobre 2020

De plus en plus d'enfants consultent un ophtalmologue

Les (jeunes) enfants sont-ils de plus en plus nombreux à consulter un ophtalmologue et à devoir porter des lunettes ? C’est la conclusion qui ressort de l’analyse des remboursements des consultations d'ophtalmologie et des dispositifs optiques destinés aux enfants. 
16 septembre 2020

Une vaccination contre la grippe en deux phases

Le Conseil Supérieur de la Santé recommande plus que jamais de vacciner les personnes à risque afin d'éviter que notre système de santé ne soit surchargé en cas de pic de Covid-19 pendant la saison grippale. De plus, la vaccination du personnel du secteur de la santé est importante pour protéger le patient. La vaccination des 50 à 64 ans permettra aussi de réduire la charge de travail en première ligne.