Gel-douche, shampoing, lingettes… Quelles substances chimiques sont préoccupantes ?

C’est un magazine français qui le révélait il y a quelques temps : des substances allergisantes, irritantes et des perturbateurs endocriniens sont présents dans les produits que nous utilisons quotidiennement pour l’hygiène. Pour les débusquer, un seul conseil : lisez l’étiquette !
Gel-douche, shampoing, lingettes… Quelles substances chimiques sont préoccupantes ?

Cocktails chimiques 

Les produits d'hygiène (gel douche, savon, déodorant,…) et les cosmétiques (maquillage, colorant pour cheveux...) sont des produits de formulation complexe qui nécessitent généralement différents ingrédients. Un simple shampoing contient, par exemple, de 25 à 40 composants ! Certains de ces ingrédients sont des substances chimiques qui peuvent présenter un risque, certes léger, mais réel, pour la santé, surtout pour les enfants et les femmes enceintes et quand elles se mélangent les unes aux autres (l’effet cocktail). 

C’est pourquoi début 2016, l’Union fédérale des Consommateurs française (UFC) ‘Que choisir’ a décidé de tirer la sonnette d’alarme en publiant une liste de 185 produits cosmétiques dans lesquels des composés préoccupants ont été repérés. Ils ont ainsi trouvé des substances allergisantes, irritantes ou des perturbateurs endocriniens (connus pour dérégler notre système hormonal) dans des produits d’utilisation quotidienne tels que des dentifrices, shampoings, lingettes pour bébé, etc. La liste complète de ces 185 produits se trouve sur leur site. 

Les substances à éviter 

Faites le test chez vous ! Vous constaterez certainement que les produits qui remplissent les armoires de votre salle de bains sont composés de substances chimiques préoccupantes. Il suffit de consulter l’étiquette au dos des produits. Pour info, les ingrédients sont listés  dans l'ordre décroissant de leur importance pondérale. 

  • Ammonium Lauryl Sulfate ou Sodium Lauryl Sulfate (irritant) : présents notamment dans les shampoings, gel-douches, dentifrices, etc.  
  • Benzophenone-1, Benzophenone-3 (perturbateurs endocriniens, allergènes) : présents notamment dans les vernis à ongles, les déodorants,… Il s’agit de filtres anti-UV qui ne sont plus inclus dans les crèmes solaires, mais utilisés pour protéger la formule du produit lui-même, qui peut souffrir de l’exposition au soleil. 
  • BHA (perturbateur endocrinien) : présent notamment dans les produits de traitement de cheveux, les crèmes hydratantes,… 
  • Butylparaben, Potassium, Sodium Butylparaben, Propylparaben, Potassium ou Sodium Propylparaben (perturbateurs endocriniens) : présents notamment dans les crèmes pour visage, laits corporels, gels-douches, shampoings, etc. Ce sont les fameux parabènes. 
  • Cyclopentasiloxane, Cyclotetrasiloxane (perturbateurs endocriniens) : utilisés comme émollients, ils adoucissent la peau.  
  • Ethylhexyl Methoxycinnamate (perturbateur endocrinien) : présents notamment dans les fonds de teint, rouges et baumes à lèvres, lotion après-rasage, etc. 
  • Methylchloroisothiazolinone (MIT), Methylisothiazolinone (MCIT) (allergènes) : présents notamment dans des produits non rincés tels que les crèmes visage, laits corporels, etc. mais aussi dans les produits de lessive ou de vaisselle. 
  • Phenoxyethanol (toxique pour le foie) : présents notamment dans les lingettes pour bébé.
  • p-Phenylenediamine (allergène) : présents notamment dans les colorations capillaires.
  • Triclosan (perturbateur endocrinien) : utilisé comme antibactérien de manière de plus en plus rare (dentifrices, bains de bouche, etc.), il a été démontré qu’il agirait non seulement sur les hormones oestrogènes, mais aussi sur la fonction thyroïdienne. 
Attention : ces substances sont encore plus préoccupantes quand elles ne sont pas rincées ! 

Peut-on se fier aux mentions « sans parabène » ? 

Les parabènes sont utilisés pour conserver les produits cosmétiques. Aussi, les fabricants contournent souvent le problème des parabènes en les remplaçant par d’autres substances de conservation, moins connues, mais tout aussi suspectes telles que le methylisothiazolinone. 

Sources : 

Autres articles

08 janvier 2021

Vaccination contre le coronavirus : ce que vous devez savoir

La campagne de vaccination contre la COVID-19 a démarré dans les maisons de repos, et se concentrera temporairement sur certains groupes prioritaires. Elle sera ensuite étendue à de plus larges groupes de la population. Qui sont les groupes prioritaires ? Le vaccin est-il sûr ? Où trouver des informations dignes de foi ? Nous tenons à vous informer.

DERNIERE MISE A JOUR : mardi 19 janvier 2021 (poursuivez votre lecture sous la photo)

Tout savoir sur le vaccin contre le HPV ou papillomavirus !

Le papillomavirus humain (HPV, pour Human Papillomavirus) est un virus qui se décline en plus de 100 types différents. 70 à 80 % de la population seront en contact avec un type de virus HPV au cours de leur vie. La plupart d’entre eux l’élimineront naturellement et ne développeront pas de complication. Environ 12 de ces types de HPV sont considérés comme des types de HPV à haut risque. Ils peuvent  provoquer, chez l’homme comme chez la femme, des infections au niveau des organes génitaux, de l’anus ou de la gorge. Ces infections peuvent évoluer en cancer (col de l’utérus, vulve, vagin, pénis, anus, bouche-pharynx). 

Vaccins : les ados aussi !

Pendant l’adolescence, les vaccinations restent nécessaires… Il peut s’agir de vaccination recommandées à cette période, comme le vaccin contre le HPV,  de rappels ou de rattrapages pour les vaccinations non effectuées pendant l’enfance.