ActuVivre sainement
22 février 2018

partagez

Somnifères et calmants : pensez d’abord aux autres solutions

Les pharmaciens belges délivrent chaque jour plus de 1,25 million de doses de somnifères et calmants. La Belgique est donc malheureusement championne en matière de consommation de ces médicaments addictifs. C’est pourquoi, la Ministre de la Santé publique Maggie De Block lance une campagne .

Dépendance après deux semaines

Après deux semaines, vous pouvez déjà être dépendant aux somnifères et calmants. Ils sont également responsables d’effets indésirables comme des problèmes de mémoire et de concentration, de la confusion, un risque accru de chutes chez les personnes âgées,...

Cette campagne doit dès lors inciter les patients et médecins à opter moins rapidement pour un médicament et investir dans une approche durable. En quoi consiste-t-elle ? Une alimentation saine, suffisamment d’exercice et de relaxation, des habitudes de sommeil régulières, un rythme de travail équilibré ainsi qu’un accompagnement spécifique. 

Rôle du patient et du médecin

Il est important que les patients investissent suffisamment de temps et d’énergie dans cette approche durable des problèmes liés au sommeil et à l’anxiété, sans recourir aux somnifères et calmants. Cette campagne souhaite les aider. Différents instruments permettent également aux médecins d’informer leurs patients en matière d’accompagnement pour une approche à long terme des troubles du sommeil et de l’anxiété. 
 

Autres articles

06 février 2020

La saison pollinique 2020 a commencé...

Mauvaise nouvelle pour les personnes sujettes au rhume des foins. Les premiers grains de pollen provenant des aulnes et noisetiers ont été détectés dans l’air. Cela marque le début de la saison pollinique 2020, deux semaines plus tôt que d’habitude. 
06 février 2020

Vers un plan d’action belge en matière de littératie en santé

Etes-vous en mesure de rechercher et comprendre aisément les informations en matière de santé ? Félicitations, vous faites preuve de 'littératie en santé'. Pour 1 Belge sur 3, cette compétence ne va pas de soi. D’ailleurs, le Centre fédéral d’Expertise des soins de santé (KCE) demande dans un nouveau rapport qu’un plan d'action national soit établi pour tout le pays.