partagez

Soins psychologiques remboursés à 2 niveaux ?

Les pathologies mentales sont en augmentation, mais l’assurance maladie ne rembourse généralement pas les soins psychologiques. C’est pourquoi le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) plaide en faveur d’un remboursement à 2 niveaux : un niveau facilement accessible pour les problèmes mentaux courants et un deuxième niveau spécialisé pour les traitements spécifiques.

Accueil large sans conditions 

Anxiété, stress, burnout, sentiments dépressifs,… ces problèmes mentaux peuvent souvent être surmontés avec une aide professionnelle. C’est pourquoi le KCE milite pour un premier niveau de soins psychologiques facilement accessible pour toute personne qui présente ce type de problème contre une contribution financière réduite. Concrètement, il s’agit de maximum 5 sessions chez un psychologue. Des projets pilotes en Flandre ont révélé que ces 5 sessions étaient suffisantes pour 88 % des personnes. 

Soins spécialisés

Et si ces 5 sessions ne suffisent pas ? S’il s’agit d’un problème mental nécessitant un traitement prolongé ? Les patients peuvent alors se tourner vers un deuxième niveau plus spécialisé (sur prescription). Le KCE propose que ces soins spécialisés et multidisciplinaires soient prodigués dans des Services de Santé mentale (SSM) ou avec leur collaboration. Le rôle des psychiatres dans le traitement de problèmes mentaux complexes est également nécessaire à ce niveau.

Plus d’info ?

Consultez le site du KCE.

Autres articles

L’influence du stress sur votre digestion

Le trac, une jolie femme ou un bel homme qui croise vos pas, le chagrin d’avoir perdu un être cher … Le stress, le sentiment amoureux et le chagrin intense sont autant d’émotions très différentes, mais qui ont un effet comparable sur notre système digestif. Comment se fait-il que notre cerveau exerce un tel effet sur nos intestins et vice versa : comment la digestion influence-t-elle la manière dont nous nous sentons ? 

Travailler et vivre à nouveau plus proche ensemble

Bientôt, nous travaillerons et vivrons à nouveau plus proches les uns des autres. Cela crée de la peur, de l'insécurité et de la méfiance face à une éventuelle infection ou à un comportement sûr.  L’angoisse s’amplifie généralement lorsque vous tentez de la réprimer. En parler peut vous aider – que ce soit avec des collègues, des proches ou d’autres personnes.

Les tensions relationnelles dues au coronavirus : comment les affronter ?

Les mesures prises par les autorités sont source de beaucoup de confusion et à l’origine de réorganisations au travail et dans la vie privée. Nous devons jongler entre différents rôles en un seul endroit : travailler, être parent, être professeur, être partenaire. Cela provoque beaucoup de confusion ! Nous sommes tous à la recherche d'une structure claire et vivable.