Sarah a testé la thérapie du sommeil

La thérapie du sommeil peut constituer une solution pour les personnes confrontées à des insomnies persistantes, et qui veulent en guérir sans recourir à des somnifères. Sarah a testé la thérapie du sommeil et a découvert un tout autre regard sur le sommeil.
 
Sarah a testé la thérapie du sommeil

Les insomnies faisaient partie de notre quotidien

Plus jeune, j’avais déjà du mal à trouver le sommeil. Je restais longtemps éveillée dans mon lit, ce qui me faisait craindre de ne pas être à la hauteur à l’école. Dormir hors de chez moi me posait aussi problème, tant je craignais de ne pas pouvoir dormir. Les insomnies faisaient partie de notre quotidien, nous étions tous de ‘mauvais dormeurs’ et les somnifères étaient d’un usage courant.” 

Pour la sécurité, avec mes somnifères

Quand je me suis installée en kot, mes insomnies se sont amplifiées. En période de blocus, je passais mes journées seule à étudier jusqu’à tard le soir. Je projetais ma crainte de l’échec dans mon sommeil : je devais m’endormir instantanément, sous peine d’oublier tout ce que j’avais étudié. Et je restais éveillée pendant des heures… Finalement, mon médecin généraliste m’a prescrit des calmants. C’est devenu une habitude pendant mes études : prendre quotidiennement un somnifère en période de blocus.

Et lorsque j’étais plus nerveuse avant un examen, il m’arrivait d’en prendre deux. Je n’y voyais pas malice, pas plus que mes parents. Même après la fin de mes études, mes somnifères restèrent de fidèles compagnons. Aller camper ? Une présentation au travail ? La nuit en avion ? Pour la sécurité, j’emportais toujours mes somnifères.”

        

Complètement épuisée

“Quand j’ai rencontré mon compagnon et que nous nous sommes installés ensemble, deux choses ont changé. Il ne trouvait pas normal que je prenne tous ces calmants, ce qui m’a amenée à subitement poser un nouveau regard  sur cette habitude… je n’ai plus jamais demandé de nouvelle prescription. Mes habitudes de sommeil ont aussi changé. Mon compagnon dort bien et est capable de rester longtemps debout. Je me suis adaptée à son rythme : regarder un film, sortir avec des amis et prolonger la soirée… Quand j’étais fatiguée, je refusais de l’admettre. Lorsque nous avons acheté notre maison et l’avons transformée, j’ai à nouveau dérapé.

L’association d’un travail exigeant, des travaux de rénovation chaque week-end, et d’une vie sociale bien remplie, je me suis à nouveau focalisée sur la nécessité de bien dormir. Avec le même résultat : je restais éveillée chaque nuit pendant des heures. Mais cette fois, plus de calmants, et j’ai donc tout essayé : faire du sport,  des promenades en soirée et de nuit, me lever et regarder la télé jusqu’à ce que je m’endorme, lire, de petites siestes en journée …  Mais rien ne fonctionnait. Je rêvais chaque matin du moment où je pourrais dormir, et m’énervais à l’idée que je ne réussirais pas à dormir. J’étais totalement épuisée.”

Quel est le secret des bons dormeurs? Test du sommeil : faits et croyances sur le sommeil. Faites le test!

La thérapie qui a changé ma vie

C’est ma belle-mère qui m’a un jour donné un dépliant où il était question de thérapie du sommeil. Je peux le résumer d’1 phrase : cette thérapie a changé ma vie. J’ai d’abord consulté un neurologue pour m’assurer qu’il n’y avait pas de causes physiques à mes insomnies. Une fois que cela a été établi, j’ai suivi un cours de 10 semaines. J’y ai appris beaucoup sur moi-même, sur une bonne hygiène de sommeil, sur les exercices de relaxation, le mindfulness… Ce que j’en ai retiré ? Nous avons tous notre rythme de sommeil : je devais arrêter de m’accrocher au rythme de mon compagnon. Le sommeil, c’est comme un train : il faut le prendre quand il passe. A défaut, vous devrez attendre 1 heure et demie pour le suivant.

Et contrairement à mon compagnon, j’ai besoin de rituels de sommeil. Ainsi, je ne téléphone et ne surfe plus le soir. Je lis encore un peu le soir dans mon lit avant de dormir, même si je rentre tard. Les 20 minutes de sommeil que je ‘perds’, le les récupère doublement en m’endormant paisiblement. Le mindfulness m’a appris à me défaire de mes angoisses de ne pas pouvoir dormir. Depuis que j’ai suivi la thérapie, je ne reste plus que très rarement éveillée. Et quand cela arrive, je ne m’en effraie plus. Au contraire, je pense que je dormirai mieux, et le plus souvent, c’est ce qui se passe.”

Vous souffrez d’insomnies ?

Parlez-en à votre médecin généraliste. Il pourra vous aiguiller vers un centre spécialisé près de chez vous, afin d’y passer un examen du sommeil. Vos habitudes de sommeil sont objectivées afin de déterminer si une thérapie du sommeil est indiquée.

Avantage Partena thérapie du sommeil

Si vous suivez un examen du sommeil ou un traitement contre les insomnies dans un hôpital ou un centre du sommeil, la Mutualité Partena vous rembourse 100 euros (par période de 5 ans). 
En savoir davantage sur l’avantage thérapie du sommeil

Avantage Partena Start to Sleep

Start to sleep (site en néerlandais) propose une thérapie du sommeil professionnelle en ligne. En six semaines, vous apprenez à mieux dormir grâce à la guidance en ligne personnalisée d’un thérapeute spécialisé. En tant que client de la Mutualité Partena , vous bénéficiez d’une réduction pour votre traitement.
En savoir davantage sur Start To Sleep 

 

Notre panel teste les conseils pour bien dormir

Quels sont les remèdes contre l’insomnie qui marchent vraiment ? Le panel de clients de la Mutualité Partena s’est livré au test et livre ses conclusions.

Ebook insomnie

La Mutualité Partena veut vous aider à trouver un sommeil réparateur. Cet ebook vous propose plus d’info sur ce qu’il faut savoir sur le sommeil et les insomnies

Autres articles

14 octobre 2019

1 Belge sur 2 en surpoids

Nous fumons et buvons moins, mais il reste beaucoup de pain sur la planche en matière d’alimentation saine et d’exercice physique. Un Belge sur deux est en effet en surpoids. C'est ce que révèle la deuxième partie de l'Enquête de santé 2018 de Sciensano.