partagez

Que contient le plan anti-tabac du gouvernement fédéral ?

Arriver à moins de 17 % de fumeurs parmi la population belge, tel est l'objectif du plan anti-tabac du gouvernement fédéral. Il contient différentes mesures, dont voici les plus marquantes : des cigarettes plus chères, un accompagnement plus accessible pour arrêter de fumer et un paquet de cigarettes neutre.

Moins de 17 % de fumeurs

Aujourd'hui, 18,3 % de la population belge fume encore. Grâce à son plan anti-tabac, le gouvernement fédéral veut faire chuter ce pourcentage en dessous des 17 %. Il a donc décidé d'augmenter les accises sur le tabac à rouler et les cigarettes. D'autre part, le prix du pack de démarrage pour les médicaments destinés à l'arrêt du tabac baisse à nouveau, de 49,9 à 14,7 euros pour les assurés ordinaires et à 9,7 euros pour les bénéficiaires de l'intervention majorée. Le gouvernement souhaite ainsi abaisser le seuil d'accès au traitement anti-tabac. 

Interdiction de fumer en voiture si des enfants sont à bord

Le plan contient aussi d'autres mesures étonnantes. Par exemple, les produits de tabac devront être présentés dans un emballage neutre d'ici 2019. Une interdiction de fumer en voiture en présence d'enfants est aussi à l'ordre du jour, mais cette mesure doit encore être élaborée par voie parlementaire. Les additifs seront également interdits et un niveau maximal sera fixé pour les émissions de goudron, nicotine et oxyde de carbone. 

Plus d'info ?

Découvrez notre brochure Arrêter de fumer. C'est possible ! 

Article tags:

Autres articles

05 octobre 2020

De plus en plus d'enfants consultent un ophtalmologue

Les (jeunes) enfants sont-ils de plus en plus nombreux à consulter un ophtalmologue et à devoir porter des lunettes ? C’est la conclusion qui ressort de l’analyse des remboursements des consultations d'ophtalmologie et des dispositifs optiques destinés aux enfants. 
16 septembre 2020

Une vaccination contre la grippe en deux phases

Le Conseil Supérieur de la Santé recommande plus que jamais de vacciner les personnes à risque afin d'éviter que notre système de santé ne soit surchargé en cas de pic de Covid-19 pendant la saison grippale. De plus, la vaccination du personnel du secteur de la santé est importante pour protéger le patient. La vaccination des 50 à 64 ans permettra aussi de réduire la charge de travail en première ligne.