Pourquoi se faire vacciner ? Le professeur Pierre Van Damme à propos du vaccin contre le coronavirus

Les vaccins. Nous les connaissons depuis toujours. Des premiers vaccins pour les bébés à la vaccination contre le tétanos en passant par le vaccin annuel contre la grippe. Et aujourd’hui, la campagne de vaccination à grande échelle contre le COVID-19. Ce qui est parfois source de questions et de doutes. Nous avons écouté Pierre Van Damme, professeur de vaccinologie.  
Pourquoi se faire vacciner ?  Le professeur Pierre Van Damme à propos du vaccin contre le coronavirus

Certaines personnes se méfient du vaccin contre le coronavirus ? D'où pensez-vous que cela vienne ? 

Prof. Van Damme : “La plus grande cause de défiance est la diffusion rapide de la désinformation sur Internet. C'est parfois tellement irréaliste et tiré par les cheveux que cela nous fait rire. Il suffit de penser à l'affirmation selon laquelle le vaccin nous transformera tous en singes. Mais certaines informations erronées restent. Par exemple, parce qu'elles ont été propagées par un scientifique mal informé, ou parce qu'il évoque des erreurs du passé afin de répandre la peur. Il est vrai que certains médicaments des années 50 avaient des effets secondaires nocifs. Mais ce sont précisément ces événements qui ont renforcé les règles.

Quiconque prend un médicament ou reçoit un vaccin aujourd'hui peut être certain que le produit a fait l'objet de recherches et de tests approfondis et qu'il est donc sûr.

La rapidité avec laquelle le vaccin a été mis au point n'a donc aucune incidence sur sa qualité ? 

“Le vaccin Pfizer a été le premier à être approuvé en décembre 2020. Ce n'était pas vraiment une histoire de ‘trop vite’, mais de priorité. Si vous demandez à tous les scientifiques du monde entier de donner la priorité au développement d'un vaccin contre le coronavirus et que vous leur fournissez toutes les ressources nécessaires pour y parvenir, il est logique qu'un vaccin sûr et efficace soit disponible à court terme.

Plus de 260 institutions s’appuyant sur 20 à 30 ans d'expérience ont été impliquées, qui ont toutes pu partir des structures de vaccination existantes et disposaient de tout le matériel nécessaire pour les développer. En outre, leurs dossiers ont été traités en priorité sur le plan administratif, ce qui a permis d'accélérer les phases de test. C'est grâce à cette priorité qu'un processus de 4 à 7 ans a pu être mené à bien en 12 mois environ, sans compromis sur la qualité, la sécurité ni l'efficacité.” 

Comment fonctionnent les vaccins, et plus particulièrement le vaccin contre le COVID-19 ?

“Un vaccin n'est en fait ni plus ni moins qu'une particule d'un virus que nous injectons afin d'entraîner notre corps à le combattre. Comme nous pouvons déterminer la dose nous-mêmes, nous ne tombons presque jamais malades. Si vous entrez en contact avec le virus après la vaccination, votre système immunitaire le reconnaîtra immédiatement et le rendra inoffensif. En d'autres termes, vous ne contractez pas la maladie et vous évitez le risque de complications graves et mortelles comme celles observées avec le COVID-19.

Tous les vaccins contre les coronavirus fonctionnent sur le principe de la formation de notre système immunitaire avec une version ou un morceau du virus, bien qu'ils diffèrent dans leur mode d'action.” 

'Nous avons plus de 15 ans d'expérience avec les vaccins à ARNm. Ils sont utilisés, entre autres, pour lutter contre le cancer'
Pierre Van Damme

Quels types de vaccins sont actuellement utilisés contre le COVID-19 ? 

“Quatre types de vaccins ont été développés dans le cadre de la lutte contre le COVID-19. Les vaccins inactivés dans lesquels une particule virale tuée par la chaleur ou les radiations est introduite. Les vaccins à base de virus dans lesquels un virus connu, dans ce cas un virus du rhume, est modifié de manière à stimuler notre système immunitaire à produire des anticorps contre le COVID-19. Ensuite, il y a les vaccins à base de protéines dans lesquels des copies des protubérances du virus sont introduites pour entraîner le système immunitaire. Et enfin, il y a les vaccins à ARNm où le code de lecture des protubérances du virus nous amène à fabriquer nous-mêmes la protéine afin de développer des anticorps contre elle.”

En janvier, le vaccin à ARNm a fait l'objet de beaucoup de controverses car on pensait qu'il altérait notre ADN. 

“D’aucuns ont en effet prétendu que le vaccin provoquerait des maladies auto-immunes. Il s'agit de maladies dans lesquelles le système immunitaire attaque notre propre corps. Mais c'est absurde. Le matériel génétique du virus - l'ARNm - n'est rien d'autre qu'un code que nos cellules immunitaires peuvent lire. En lisant le code du virus, nos cellules produisent leurs propres protéines de protrusion et nous développons des anticorps contre le virus dans notre sang. Il n'est donc absolument pas possible que l'ARNm pénètre dans les cellules elles-mêmes et puisse interférer avec notre ADN. Après avoir lu l'ARNm pour stimuler notre système immunitaire, l'ARNm est décomposé par l’organisme et disparaît en quelques heures. Nous avons plus de 15 ans d'expérience avec ces vaccins. Ils sont utilisés, entre autres, pour lutter contre le cancer. S'il y avait des risques sérieux, nous les aurions détectés depuis longtemps.” 

Y a-t-il des raisons de ne pas se faire vacciner ? 

“Pratiquement aucune. Dans le cas des vaccins contre le COVID-19, il n'y a en fait qu'une seule raison de ne pas se faire vacciner, et c'est une réaction allergique grave à l'un des ingrédients du vaccin. Mais la stratégie en tient compte. Toute personne vaccinée reste sous la surveillance d'un médecin pendant 15 à 30 minutes. Ainsi, une personne souffrant d'une réaction allergique inattendue sera immédiatement traitée. Il peut aussi y avoir des considérations relatives. Par exemple, une vaccination peut être reportée parce qu'un patient est affaibli par une maladie. Mais nous conseillons aussi aux patients à haut risque de se faire vacciner.

Les seules vaccinations qui sont actuellement en attente sont celles des patients atteints de cancer qui suivent un traitement aigu au moment de la vaccination (ils conviennent de la vaccination avec l'oncologue), et des enfants de moins de 16 ans. Mais ne serait-ce que pour ellesmêmes, les personnes en bonne santé devraient se faire vacciner autant que possible, afin d’être protégés par l'immunité de groupe.”

Qu'entend-on exactement par immunité de groupe ? 

“L'immunité de groupe signifie qu'un groupe suffisamment important de personnes a développé une résistance au virus, de sorte qu'il ne peut plus ou quasi plus circuler. Pour obtenir une immunité de groupe contre le COVID-19, il faudrait vacciner au moins 70 à 80 % de la population.

Si nous atteignons cet objectif, le virus n'apparaîtra plus que localement de temps en temps, et nous pourrons laisser derrière nous les grandes mesures de restriction des déplacements telles que nous les connaissons.”  

 

Article tags:

Autres articles

22 mars 2021

Désormais aussi un remboursement pour le transport non-urgent jusqu'à un centre de vaccination

Les centres de vaccination pour la vaccination contre le COVID-19 fonctionnent maintenant à plein régime. Vous serez invité(e) à vous y rendre. Mais que faire si vous avez des difficultés à y aller par vos propres moyens  ? Vous pouvez faire appel au service de transport non-urgent de la Mutualité Partena. Nous avons étendu notre remboursement à cette occasion. 
22 mars 2021

Avis favorable pour le vaccin AstraZeneca

Après avoir examiné le vaccin, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a conclu qu'il n'entraînait pas de hausse du risque global de caillots sanguins chez les personnes vaccinées. Il n'existe aucun lien scientifique entre la vaccination et un risque accru de thrombose.