partagez

Pas d'usage sans danger des bancs solaires

La nouvelle étude de la Commission européenne ne laisse planer aucun doute : les bancs solaires sont des machines à cancer. Il est impossible de les utiliser sans risques. La Fondation contre le Cancer tire la sonnette d'alarme !

Toute exposition est dangereuse

1 Belge sur 5 aura un cancer de la peau avant ses 75 ans. L'usage du banc solaire constitue l'un des facteurs de risque. Différentes études ont déjà démontré ce danger par le passé et le nouveau rapport de la Commission européenne le confirme : les rayons UV intenses d'un banc solaire peuvent provoquer différents types de cancers de la peau. Les chercheurs ont également indiqué qu'il n'existe pas de seuil de sécurité pour l'exposition. Bref, il est impossible d'utiliser les bancs solaires sans courir de danger.

Des contrôles plus stricts

Des contrôles en 2016 ont révélé que 9 centres de bronzage sur 10 n'étaient pas en ordre, en raison par exemple d'un dépassement des normes relatives à la puissance des lampes et l'accès donné à des personnes avec un type de peau 1 ou à des mineurs. La Fondation contre le Cancer exige notamment des amendes plus sévères lors d'infractions à la législation et une meilleure protection du consommateur (interdiction de la publicité mensongère et des actions commerciales,...).

Plus d'infos ?

Surfez sur le site de la Fondation contre le Cancer !

Autres articles

08 janvier 2021

Vaccination contre le coronavirus : ce que vous devez savoir

La campagne de vaccination contre la COVID-19 a démarré dans les maisons de repos, et se concentrera temporairement sur certains groupes prioritaires. Elle sera ensuite étendue à de plus larges groupes de la population. Qui sont les groupes prioritaires ? Le vaccin est-il sûr ? Où trouver des informations dignes de foi ? Nous tenons à vous informer.

DERNIERE MISE A JOUR : jeudi 14 janvier 2021 (poursuivez votre lecture sous la photo)

Tout savoir sur le vaccin contre le HPV ou papillomavirus !

Le papillomavirus humain (HPV, pour Human Papillomavirus) est un virus qui se décline en plus de 100 types différents. 70 à 80 % de la population seront en contact avec un type de virus HPV au cours de leur vie. La plupart d’entre eux l’élimineront naturellement et ne développeront pas de complication. Environ 12 de ces types de HPV sont considérés comme des types de HPV à haut risque. Ils peuvent  provoquer, chez l’homme comme chez la femme, des infections au niveau des organes génitaux, de l’anus ou de la gorge. Ces infections peuvent évoluer en cancer (col de l’utérus, vulve, vagin, pénis, anus, bouche-pharynx). 

Vaccins : les ados aussi !

Pendant l’adolescence, les vaccinations restent nécessaires… Il peut s’agir de vaccination recommandées à cette période, comme le vaccin contre le HPV,  de rappels ou de rattrapages pour les vaccinations non effectuées pendant l’enfance.