partagez

Même l’antidouleur le plus sûr peut être dangereux

Une jeune femme originaire de Gand a ingéré quotidiennement 7 à 8 antidouleurs d’1 gramme pendant 2 semaines pour lutter contre une rage de dents intense. Conséquence : une transplantation hépatique. Les médecins demandent aux pharmaciens de bien informer leurs clients sur un usage correct du paracétamol (Dafalgan et Perdolan). 

Car même l’antidouleur le plus sûr peut être dangereux. 

Intoxication au paracétamol

Prendre un paracétamol semble inoffensif, mais ce n’est pas toujours le cas. Chaque mois, un patient est admis à l’UZ Gent pour intoxication au paracétamol et une transplantation hépatique est même nécessaire environ 1 fois par an. Tout comme chez la jeune femme qui avait ingéré chaque jour 7 à 8 antidouleurs d’1 gramme pendant 2 semaines. 

Mieux informer

Le paracétamol est en vente libre en pharmacie. C’est pourquoi les médecins demandent aux pharmaciens de bien informer leurs clients sur le dosage et la durée pendant laquelle ils peuvent prendre ces antidouleurs.

Selon l’Association Pharmaceutique Belge, le paracétamol sur prescription n’est de toute façon pas la solution. L’Association plaide plutôt pour un dossier reprenant pour chaque patient les médicaments achetés, y compris ceux sans prescription. 

 

Autres articles

Les coaches santé

Avez-vous déjà entendu parler de la VVGC (Vlaamse Vereniging Gezondheidscoaches) ? Une belle initiative à laquelle la Mutualité Partena apporte son soutien. Cette association professionnelle a notamment pour objectif d’éviter la prolifération sauvage des coaches ... ou même de charlatans ! Sachez par ailleurs que vous pouvez aussi bénéficier du remboursement de consultations de diététique : 40 euros après 4 séances chez un coach santé accrédité.
15 janvier 2020

Chaque jour, 6 jeunes hospitalisés à cause de l’alcool

En moyenne, 6 jeunes âgés de 12 à 17 ans se retrouvent quotidiennement à l'hôpital après une séance de "binge drinking". Pour les jeunes, l’abus d’alcool est particulièrement nocif. Les Mutualités Libres préconisent davantage d’investissements dans la prévention, ainsi qu’une réglementation plus stricte.