partagez

Même l’antidouleur le plus sûr peut être dangereux

Une jeune femme originaire de Gand a ingéré quotidiennement 7 à 8 antidouleurs d’1 gramme pendant 2 semaines pour lutter contre une rage de dents intense. Conséquence : une transplantation hépatique. Les médecins demandent aux pharmaciens de bien informer leurs clients sur un usage correct du paracétamol (Dafalgan et Perdolan). 

Car même l’antidouleur le plus sûr peut être dangereux. 

Intoxication au paracétamol

Prendre un paracétamol semble inoffensif, mais ce n’est pas toujours le cas. Chaque mois, un patient est admis à l’UZ Gent pour intoxication au paracétamol et une transplantation hépatique est même nécessaire environ 1 fois par an. Tout comme chez la jeune femme qui avait ingéré chaque jour 7 à 8 antidouleurs d’1 gramme pendant 2 semaines. 

Mieux informer

Le paracétamol est en vente libre en pharmacie. C’est pourquoi les médecins demandent aux pharmaciens de bien informer leurs clients sur le dosage et la durée pendant laquelle ils peuvent prendre ces antidouleurs.

Selon l’Association Pharmaceutique Belge, le paracétamol sur prescription n’est de toute façon pas la solution. L’Association plaide plutôt pour un dossier reprenant pour chaque patient les médicaments achetés, y compris ceux sans prescription. 

 

Article tags:

Autres articles

05 octobre 2020

De plus en plus d'enfants consultent un ophtalmologue

Les (jeunes) enfants sont-ils de plus en plus nombreux à consulter un ophtalmologue et à devoir porter des lunettes ? C’est la conclusion qui ressort de l’analyse des remboursements des consultations d'ophtalmologie et des dispositifs optiques destinés aux enfants. 
16 septembre 2020

Une vaccination contre la grippe en deux phases

Le Conseil Supérieur de la Santé recommande plus que jamais de vacciner les personnes à risque afin d'éviter que notre système de santé ne soit surchargé en cas de pic de Covid-19 pendant la saison grippale. De plus, la vaccination du personnel du secteur de la santé est importante pour protéger le patient. La vaccination des 50 à 64 ans permettra aussi de réduire la charge de travail en première ligne.