L'incontinence: quelques conseils

Les pertes urinaires involontaires peuvent être franchement gênantes. Voici quelques trucs pour vous aider.
L'incontinence: quelques conseils

Tenez un journal de bord

Si vous souffrez de pertes urinaires non-désirées, consultez votre médecin généraliste pour en chercher les causes et appliquer un traitement adéquat. Notez pendant quelques jours dans un journal de bord quand et en quelle quantité vous urinez, quelles gênes vous éprouvez et les quantités de boissons ingurgitées. Emmenez ce journal chez le médecin. 

L'incontinence peut dans la plupart des cas être traitée grâce à la physiothérapie, à des médicaments ou parfois, par la chirurgie. Il existe malheureusement certaines formes d'incontinence, qui ne peuvent être traitées.

L'entraînement

Face à certaines formes d'incontinence, l'entraînement urinaire peut être indiqué. Parlez-en à votre médecin ou à votre physiothérapeute.

Buvez suffisamment

On est souvent tenté de réduire la consommation de boissons pour devoir moins uriner. En cas de problèmes d'incontinence, buvez beaucoup d'eau. Jusqu'à 1,5 l par jour. L'urine en sera moins concentrée, ce qui profitera à votre vessie. En buvant beaucoup, vous diminuez aussi le risque d'infections de la vessie

Répartissez la consommation de liquides sur toute la journée pour éviter les phénomènes de déshydratation, les problèmes urinaires, et les infections des voies urinaires. Réduisez votre consommation le soir avant d'aller au lit pour éviter de devoir vous lever trop souvent la nuit, et veillez aussi à boire de moindres quantités avant certaines activités sociales ou de partir en balade.

Modérez votre consommation de café, de thé et d'alcool

Ce sont des substances diurétiques qui peuvent en outre irriter les parois de la vessie. 

La même recommandation vaut aussi pour les boissons énergétiques et les aliments contenant de la caféïne, comme le chocolat. L'alcool ne fait pas seulement augmenter le besoin d'uriner, mais trouble aussi les signaux adressés au cerveau, risquant de vous empêcher de percevoir correctement le moment d'aller aux toilettes.

Evitez les tomates

Les tomates contiennent des acides qui peuvent irriter la vessie. La même recommandation vaut aussi pour d'autres aliments, comme les agrumes et les boissons rafraîchissantes.

Bougez suffisamment

L'activité physique prévient le relâchement musculaire. Vous pouvez parfaitement rester actif en utilisant les produits contre l'incontinence, adaptés à votre situation. Il existe ainsi des articles de sport spécialement conçus pour les personnes présentant des problèmes d'incontinence, comme, par ex. les vêtements de bain avec slip protecteur intégré pour adultes et enfants.

Attention quand vous vous précipitez aux toilettes

Veillez à ne pas tomber en vous pressant vers les toilettes. Evitez donc de placer des tapis de sol non fixés ou autres obstacles sur le chemin des toilettes. Certains accessoires de prévention des chutes peuvent vous aider à éviter ce danger.

Veillez à ce que votre alimentation soit riche en fibres

Les fibres alimentaires se trouvent notamment dans les fruits, les légumes et les céréales complètes. En consommant beaucoup de fibres alimentaires, vous réduisez le risque de constipation. Un écueil à éviter en cas de pertes urinaires involontaires, dans la mesure où la constipation augmente la pression exercée sur la vessie.

Article tags:

Autres articles

05 octobre 2020

De plus en plus d'enfants consultent un ophtalmologue

Les (jeunes) enfants sont-ils de plus en plus nombreux à consulter un ophtalmologue et à devoir porter des lunettes ? C’est la conclusion qui ressort de l’analyse des remboursements des consultations d'ophtalmologie et des dispositifs optiques destinés aux enfants. 
16 septembre 2020

Une vaccination contre la grippe en deux phases

Le Conseil Supérieur de la Santé recommande plus que jamais de vacciner les personnes à risque afin d'éviter que notre système de santé ne soit surchargé en cas de pic de Covid-19 pendant la saison grippale. De plus, la vaccination du personnel du secteur de la santé est importante pour protéger le patient. La vaccination des 50 à 64 ans permettra aussi de réduire la charge de travail en première ligne.