ActuVivre sainement
12 février 2016

partagez

Les jeunes enfants ne mangent pas sainement

Les bébés et les jeunes enfants reçoivent dans notre pays trop d'énergie et de protéines, mais pas assez de graisses et de fibres. C'est pourquoi les chercheurs de la VUB (Vrije Universiteit Brussel) plaident pour plus d'allaitement et moins de sucreries pendant la tendre enfance.

Eviter l'excès de protéines

L'alimentation des bébés et des jeunes enfants ne correspond pas aux principes d'un modèle de nutrition sain. Les chercheurs de la VUB sont arrivés à cette conclusion après une enquête à grande échelle. Avec le lait de vache, les enfants reçoivent trop de protéines pendant leurs deux premières années de vie. Lorsque les protéines constituent plus de 15 % de la prise d'énergie, cela peut engendrer à terme des problèmes de santé. Par ailleurs, de nombreux jeunes enfants mangent avec leurs parents et consomment ainsi plus de pâtisseries et de sucreries. La consommation de graisses et de fibres est par contre trop faible.

Allaiter davantage et plus longtemps

Pour équilibrer la prise d'énergie et de protéines, les chercheurs plaident pour l'allaitement, plus souvent et plus longtemps. Si les enfants ont passé l'âge de l'allaitement, un conseil diététique individuel pourrait inciter les parents à mieux suivre les directives alimentaires.

Autres articles

13 janvier 2020

Nous achetons tous de moins en moins de kilocalories

Depuis 2012, les Belges ont acheté environ 4 % de kilocalories de moins au supermarché. La composition des aliments dans les rayons des magasins est de plus en plus équilibrée. C'est ce que révèlent les chiffres de Fevia, la fédération de l'industrie alimentaire belge.

Que propose le menu du jour ? Des légumineuses !

1 personne sur 4 ne peut citer qu'un, voire deux légumineuses. C'est dommage, parce qu'on ne peut les apprécier, faute de les connaître ! Les légumineuses ne sont pas seulement succulentes mais aussi riches en protéines, fibres, minéraux, vitamines et acides aminés. Mieux encore, selon l'économiste de la santé Lieven Annemans, en les intégrant à notre régime alimentaire, nous diminuons les risques de diabète, de cancer du sein et d'hémorragie cérébrale.