partagez

Les images médicales ne sont pas des photos de vacances. Pas de rayons sans raisons

CT-scans, radiographies… sans ces examens médicaux, le diagnostic de nombreuses maladies serait pratiquement impossible. Leur utilisation abusive peut toutefois être dangereuse pour la santé. C'est pourquoi le SPF Santé publique lance également cette année la campagne « Les images médicales ne sont pas des photos de vacances. Pas de rayons sans raisons. »

Résultats positifs

Risque accru de cancer, endommagement des tissus,… une exposition excessive aux rayonnements ionisants présente différents dangers. C'est pourquoi le SPF Santé publique organise la 5e édition de cette campagne à succès ! Depuis 2012, le nombre de demandes de CT-scans a augmenté moins rapidement, le nombre d'IRM (sans rayonnements nocifs) s'est intensifié et est mieux réparti et les radiologues peuvent remplacer l'examen demandé par un examen moins nocif.  

Communication entre médecin et patient

Il reste toutefois encore du pain sur la planche : encore trop de CT-scans sont ainsi prescrits pour les lombaires, alors que ce n'est pas recommandé ou qu'une IRM est préférable. Pour éviter ces rayonnements inutiles, une bonne communication entre le médecin et le patient est indispensable. Cette campagne souhaite dès lors encourager le grand public à dialoguer avec le médecin traitant ou le dentiste et à convenir ensemble si les avantages d'un examen valent la peine par rapport aux risques pour la santé. 

Plus d'info

Surfez sur le site www.pasderyaonssansraisons.be

Article tags:

Autres articles

08 janvier 2021

Vaccination contre le coronavirus : ce que vous devez savoir

La campagne de vaccination contre la COVID-19 a démarré dans les maisons de repos, et se concentrera temporairement sur certains groupes prioritaires. Elle sera ensuite étendue à de plus larges groupes de la population. Qui sont les groupes prioritaires ? Le vaccin est-il sûr ? Où trouver des informations dignes de foi ? Nous tenons à vous informer.

DERNIERE MISE A JOUR : jeudi 14 janvier 2021 (poursuivez votre lecture sous la photo)

Tout savoir sur le vaccin contre le HPV ou papillomavirus !

Le papillomavirus humain (HPV, pour Human Papillomavirus) est un virus qui se décline en plus de 100 types différents. 70 à 80 % de la population seront en contact avec un type de virus HPV au cours de leur vie. La plupart d’entre eux l’élimineront naturellement et ne développeront pas de complication. Environ 12 de ces types de HPV sont considérés comme des types de HPV à haut risque. Ils peuvent  provoquer, chez l’homme comme chez la femme, des infections au niveau des organes génitaux, de l’anus ou de la gorge. Ces infections peuvent évoluer en cancer (col de l’utérus, vulve, vagin, pénis, anus, bouche-pharynx). 

Vaccins : les ados aussi !

Pendant l’adolescence, les vaccinations restent nécessaires… Il peut s’agir de vaccination recommandées à cette période, comme le vaccin contre le HPV,  de rappels ou de rattrapages pour les vaccinations non effectuées pendant l’enfance.