partagez

Les comprimés d’iode sont disponibles chez le pharmacien

Chaque Belge peut dès à présent aller chercher gratuitement des comprimés d’iode chez son pharmacien. Ces médicaments doivent prévenir un cancer de la thyroïde en cas de catastrophe nucléaire éventuelle. Cette mesure s’inscrit dans le nouveau plan d’urgence nucléaire du gouvernement fédéral. 

Dans un rayon de 100 km autour d’une centrale nucléaire

Toute personne vivant dans un rayon de 20 km autour d’une centrale nucléaire pouvait déjà depuis longtemps aller chercher des comprimés d'iode chez le pharmacien. Sur les recommandations du Conseil Supérieur de la Santé, le gouvernement fédéral a à présent élargi ce périmètre à 100 km. Le pays tout entier peut ainsi se protéger gratuitement, jusqu’à la petite ville d’Antoing dans le Hainaut. De l’iode radioactif peut en effet se libérer lors d’un accident nucléaire et provoquer un cancer de la thyroïde. Heureusement, la prise préventive de comprimés d'iode peut empêcher ce scénario catastrophe.

Pour qui en particulier ?

Tous les Belges ne doivent pas se précipiter chez leur pharmacien pour obtenir des comprimés d'iode. La recommandation s’applique principalement aux personnes vivant dans un rayon de 20 km autour d’une centrale nucléaire. Il est également conseillé aux enfants de moins de 18 ans, aux femmes enceintes et qui allaitent de rendre une petite visite à leur pharmacien pour obtenir ces comprimés.

Plus d’infos ?

Consultez le site www.risquenucleaire.be.

Article tags:

Autres articles

21 janvier 2021

Le frottis, nous le faisons. Et vous ?

Janvier est le mois de l’action de dépistage du cancer du col de l’utérus. Si vous êtes une femme âgée de 25 à 64 ans, il est essentiel que vous fassiez effectuer un frottis tous les 3 ans. Si votre dernier frottis remonte à plus de 3 ans, vous allez recevoir une invitation en ce sens, si vous habitez en Région flamande.
08 janvier 2021

Vaccination contre le coronavirus : ce que vous devez savoir

La campagne de vaccination contre la COVID-19 a démarré dans les maisons de repos, et se concentrera temporairement sur certains groupes prioritaires. Elle sera ensuite étendue à de plus larges groupes de la population. Qui sont les groupes prioritaires ? Le vaccin est-il sûr ? Où trouver des informations dignes de foi ? Nous tenons à vous informer.

DERNIERE MISE A JOUR : mardi 19 janvier 2021 (poursuivez votre lecture sous la photo)

Tout savoir sur le vaccin contre le HPV ou papillomavirus !

Le papillomavirus humain (HPV, pour Human Papillomavirus) est un virus qui se décline en plus de 100 types différents. 70 à 80 % de la population seront en contact avec un type de virus HPV au cours de leur vie. La plupart d’entre eux l’élimineront naturellement et ne développeront pas de complication. Environ 12 de ces types de HPV sont considérés comme des types de HPV à haut risque. Ils peuvent  provoquer, chez l’homme comme chez la femme, des infections au niveau des organes génitaux, de l’anus ou de la gorge. Ces infections peuvent évoluer en cancer (col de l’utérus, vulve, vagin, pénis, anus, bouche-pharynx).