partagez

Les comprimés d’iode sont disponibles chez le pharmacien

Chaque Belge peut dès à présent aller chercher gratuitement des comprimés d’iode chez son pharmacien. Ces médicaments doivent prévenir un cancer de la thyroïde en cas de catastrophe nucléaire éventuelle. Cette mesure s’inscrit dans le nouveau plan d’urgence nucléaire du gouvernement fédéral. 

Dans un rayon de 100 km autour d’une centrale nucléaire

Toute personne vivant dans un rayon de 20 km autour d’une centrale nucléaire pouvait déjà depuis longtemps aller chercher des comprimés d'iode chez le pharmacien. Sur les recommandations du Conseil Supérieur de la Santé, le gouvernement fédéral a à présent élargi ce périmètre à 100 km. Le pays tout entier peut ainsi se protéger gratuitement, jusqu’à la petite ville d’Antoing dans le Hainaut. De l’iode radioactif peut en effet se libérer lors d’un accident nucléaire et provoquer un cancer de la thyroïde. Heureusement, la prise préventive de comprimés d'iode peut empêcher ce scénario catastrophe.

Pour qui en particulier ?

Tous les Belges ne doivent pas se précipiter chez leur pharmacien pour obtenir des comprimés d'iode. La recommandation s’applique principalement aux personnes vivant dans un rayon de 20 km autour d’une centrale nucléaire. Il est également conseillé aux enfants de moins de 18 ans, aux femmes enceintes et qui allaitent de rendre une petite visite à leur pharmacien pour obtenir ces comprimés.

Plus d’infos ?

Consultez le site www.risquenucleaire.be.

Autres articles

Les coaches santé

Avez-vous déjà entendu parler de la VVGC (Vlaamse Vereniging Gezondheidscoaches) ? Une belle initiative à laquelle la Mutualité Partena apporte son soutien. Cette association professionnelle a notamment pour objectif d’éviter la prolifération sauvage des coaches ... ou même de charlatans ! Sachez par ailleurs que vous pouvez aussi bénéficier du remboursement de consultations de diététique : 40 euros après 4 séances chez un coach santé accrédité.
15 janvier 2020

Chaque jour, 6 jeunes hospitalisés à cause de l’alcool

En moyenne, 6 jeunes âgés de 12 à 17 ans se retrouvent quotidiennement à l'hôpital après une séance de "binge drinking". Pour les jeunes, l’abus d’alcool est particulièrement nocif. Les Mutualités Libres préconisent davantage d’investissements dans la prévention, ainsi qu’une réglementation plus stricte.