ActuVivre sainement
27 avril 2017

partagez

Les bénévoles sont en meilleure santé

Vous faites du bénévolat ? Alors vous êtes en meilleure santé que ceux qui n'en font pas. C'est ce que révèle une étude de l'unité de recherche de Médecine générale de l'UGent.

Explications

Selon cette étude, les bénévoles seraient en aussi bonne santé que les non-bénévoles 5 ans plus jeunes. Les chercheurs avancent 3 explications pour ces résultats. Avant toute chose, le bénévolat a un effet positif sur la santé mentale. Ensuite, il engendre des activités physiques et psychiques qui protègent les plus âgés contre la régression fonctionnelle et la démence. Finalement, un examen neurologique démontre également que le bénévolat libère des hormones "liées aux soins"² aidant à combattre le stress et les inflammations.

Les revenus jouent également un rôle

En plus de ces 3 explications, les revenus des bénévoles jouent également un rôle. En moyenne, ils ont en effet un salaire plus élevé, ce qui a une influence positive sur la santé. "Ce résultat est conforme à des recherches antérieures qui ont aussi établi que ceux qui mentionnaient une activité bénévole sur leur CV avaient plus de chances de se voir accorder un entretien", ajoute le professeur Stijn Baert de l'UGent. 

Plus d'infos ?

Consultez le site de l'UGent ! (site en néerlandais)

 

Article tags:

Autres articles

05 octobre 2020

De plus en plus d'enfants consultent un ophtalmologue

Les (jeunes) enfants sont-ils de plus en plus nombreux à consulter un ophtalmologue et à devoir porter des lunettes ? C’est la conclusion qui ressort de l’analyse des remboursements des consultations d'ophtalmologie et des dispositifs optiques destinés aux enfants. 
16 septembre 2020

Une vaccination contre la grippe en deux phases

Le Conseil Supérieur de la Santé recommande plus que jamais de vacciner les personnes à risque afin d'éviter que notre système de santé ne soit surchargé en cas de pic de Covid-19 pendant la saison grippale. De plus, la vaccination du personnel du secteur de la santé est importante pour protéger le patient. La vaccination des 50 à 64 ans permettra aussi de réduire la charge de travail en première ligne.