ActuVivre sainement
18 octobre 2018

partagez

Le recours aux antidouleurs puissants continue d’augmenter

80 millions de doses, c’est le nombre d’antidouleurs puissants qui ont été vendus dans les pharmacies belges l’an dernier. Entre 2010 et 2016, le nombre d’utilisateurs a augmenté d’un tiers. C'est ce que révèlent des chiffres de l'INAMI, que le Newsblad a pu consulter. 

Fentanyl, tramadol, oxycodone…

De plus en plus de personnes se tournent vers les antidouleurs puissants dans notre pays. Les chiffres de l'INAMI montrent que le nombre d'utilisateurs a augmenté d'un tiers entre 2010 et 2016. C’est l’oxycodone qui a connu l’augmentation la plus forte : le nombre de consommateurs de cet antidouleur a augmenté de 7 % l’an passé pour atteindre 78.000.

C’est près de trois fois plus qu’en 2011. Le produit le plus couramment utilisé demeure le tramadol. Les experts tirent la sonnette d'alarme, car ces antidouleurs puissants peuvent créer une dépendance. 

L’information reste nécessaire

Même si le recours à de puissants antidouleurs est la solution indiquée, le contrôle après la sortie de l’hôpital est souvent insuffisant. Et c’est là qu’apparaissent régulièrement des problèmes.
Professeur Bart Morlion, expert de la douleur à l'UZ Leuven

Au cours des derniers mois, l'INAMI a parcouru tout le pays pour sensibiliser les médecins et les pharmaciens aux dangers de ces produits. Cette information demeure très importante. Le professeur Bart Morlion, expert de la douleur à l'UZ Leuven, souligne que ce médicament est encore parfois prescrit inutilement. "Et si c'est la bonne option, il y a souvent trop peu de contrôle après la sortie de l'hôpital".

Article tags:

Autres articles

05 octobre 2020

De plus en plus d'enfants consultent un ophtalmologue

Les (jeunes) enfants sont-ils de plus en plus nombreux à consulter un ophtalmologue et à devoir porter des lunettes ? C’est la conclusion qui ressort de l’analyse des remboursements des consultations d'ophtalmologie et des dispositifs optiques destinés aux enfants. 
16 septembre 2020

Une vaccination contre la grippe en deux phases

Le Conseil Supérieur de la Santé recommande plus que jamais de vacciner les personnes à risque afin d'éviter que notre système de santé ne soit surchargé en cas de pic de Covid-19 pendant la saison grippale. De plus, la vaccination du personnel du secteur de la santé est importante pour protéger le patient. La vaccination des 50 à 64 ans permettra aussi de réduire la charge de travail en première ligne.