ActuVivre sainement
18 octobre 2018

partagez

Le recours aux antidouleurs puissants continue d’augmenter

80 millions de doses, c’est le nombre d’antidouleurs puissants qui ont été vendus dans les pharmacies belges l’an dernier. Entre 2010 et 2016, le nombre d’utilisateurs a augmenté d’un tiers. C'est ce que révèlent des chiffres de l'INAMI, que le Newsblad a pu consulter. 

Fentanyl, tramadol, oxycodone…

De plus en plus de personnes se tournent vers les antidouleurs puissants dans notre pays. Les chiffres de l'INAMI montrent que le nombre d'utilisateurs a augmenté d'un tiers entre 2010 et 2016. C’est l’oxycodone qui a connu l’augmentation la plus forte : le nombre de consommateurs de cet antidouleur a augmenté de 7 % l’an passé pour atteindre 78.000.

C’est près de trois fois plus qu’en 2011. Le produit le plus couramment utilisé demeure le tramadol. Les experts tirent la sonnette d'alarme, car ces antidouleurs puissants peuvent créer une dépendance. 

L’information reste nécessaire

Même si le recours à de puissants antidouleurs est la solution indiquée, le contrôle après la sortie de l’hôpital est souvent insuffisant. Et c’est là qu’apparaissent régulièrement des problèmes.
Professeur Bart Morlion, expert de la douleur à l'UZ Leuven

Au cours des derniers mois, l'INAMI a parcouru tout le pays pour sensibiliser les médecins et les pharmaciens aux dangers de ces produits. Cette information demeure très importante. Le professeur Bart Morlion, expert de la douleur à l'UZ Leuven, souligne que ce médicament est encore parfois prescrit inutilement. "Et si c'est la bonne option, il y a souvent trop peu de contrôle après la sortie de l'hôpital".

Article tags:

Autres articles

08 janvier 2021

Vaccination contre le coronavirus : ce que vous devez savoir

La campagne de vaccination contre la COVID-19 a démarré dans les maisons de repos, et se concentrera temporairement sur certains groupes prioritaires. Elle sera ensuite étendue à de plus larges groupes de la population. Qui sont les groupes prioritaires ? Le vaccin est-il sûr ? Où trouver des informations dignes de foi ? Nous tenons à vous informer.

DERNIERE MISE A JOUR : mardi 19 janvier 2021 (poursuivez votre lecture sous la photo)

Tout savoir sur le vaccin contre le HPV ou papillomavirus !

Le papillomavirus humain (HPV, pour Human Papillomavirus) est un virus qui se décline en plus de 100 types différents. 70 à 80 % de la population seront en contact avec un type de virus HPV au cours de leur vie. La plupart d’entre eux l’élimineront naturellement et ne développeront pas de complication. Environ 12 de ces types de HPV sont considérés comme des types de HPV à haut risque. Ils peuvent  provoquer, chez l’homme comme chez la femme, des infections au niveau des organes génitaux, de l’anus ou de la gorge. Ces infections peuvent évoluer en cancer (col de l’utérus, vulve, vagin, pénis, anus, bouche-pharynx). 

Vaccins : les ados aussi !

Pendant l’adolescence, les vaccinations restent nécessaires… Il peut s’agir de vaccination recommandées à cette période, comme le vaccin contre le HPV,  de rappels ou de rattrapages pour les vaccinations non effectuées pendant l’enfance.