L'importance de la prévention des chutes expliquée par une ergothérapeute

La semaine prochaine, c'est la ‘Semaine de prévention des chutes’, une semaine au cours de laquelle nous attirons l'attention sur les personnes présentant des risques accrus de chute. L'occasion de donner la parole à Annelies Duhamel, ergothérapeute de la Mutualité Partena en Flandre Occidentale. Elle décrit le rôle de l'ergothérapeute et donne de précieux conseils pour éviter des chutes aux conséquences parfois très lourdes.

Le rôle de l'ergothérapeute

Annelies : Les ergothérapeutes travaillent avec des gens de tous âges, en proie à divers problèmes. Nous nous chargeons ainsi du suivi thérapeutique, de démonstration d'aides fonctionnelles, ou encore de réintégration professionnelle. Au sein de la Mutualité Partena, nous nous adressons tout particulièrement aux personnes handicapées dans le cadre de dossiers VAPH (l'agence régionale pour les personnes handicapées), les personnes intéressées par des aides fonctionnelles ou les aînés exposés aux chutes. Vous pouvez aussi vous adresser à nous pour des conseils en matière d'adaptations à l'habitation en cas de limitations fonctionnelles.

Nous cherchons toujours à limiter les listes d'attente, pour pouvoir aider les gens au plus vite.
Annelies Duhamel, ergothérapeute

Le défi dans notre secteur réside surtout dans le recyclage constant auquel nous devons nous soumettre. Ceci pour toujours être au courant des derniers développements afin de pouvoir les proposer à nos clients. Le tout, en recherchant constamment l'équilibre dans la multitude de nos tâches, et en nous efforçant de toujours limiter les listes d'attente, pour pouvoir aider les gens au plus vite.

Les idées fausses sur le métier d'ergothérapeute 

Annelies : Le rôle de l'ergothérapeute est très varié, ce qui fait que d'aucuns nous comparent aux kinésithérapeutes, ce qui n'est pas du tout le cas. Un kinésithérapeute travaille sur les fonctions du corps. Si on vous a placé une prothèse du genou et êtes limité dans votre mobilité, vous devrez faire appel à un kinésithérapeute, qui va libérer les muscles, vous masser et vous faire exécuter des exercices pour renforcer les muscles et améliorer la mobilité du genou.

L'ergothérapeute se concentre sur les activités quotidiennes qui font sens pout le patient. Si la même personne fait ensuite appel à nos services, nous examinerons les problèmes qu'elle rencontre dans ses activités quotidiennes, et comment nous pouvons lui venir en aide. Nous cherchons diverses aides fonctionnelles, de la planche de bain à l'élévateur pour baignoire, et testons l'utilisation de ces équipements chez le client, pour autant qu'il le souhaite. Ces aides fonctionnelles permettent au client de conserver une large autonomie.

Pourquoi la prévention des chutes est-elle aussi importante ?

Annelies : Une chute a souvent de lourdes conséquences C'est pourquoi la prévention des chutes n'est pas réservée à un groupe bien précis, mais est importante pour tout le monde. Bien évidemment, plus on avance en âge, plus les os se fragilisent et plus le risque de fractures sévères après une chute augmente.

Le conseil le plus important ? Continuer à bouger, bouger encore, toujours bouger ! Et veiller à sécuriser l'habitation. 
Annelies Duhamel, ergothérapeute

Prévention des chutes: les conseils d'une ergothérapeute

Annelies : Le conseil le plus important, c'est de continuer à bouger et de veiller à sécuriser l'habitation. La plupart des personnes âgées savent que les tapis constituent un grand risque de chute, mais ne s'en débarrassent qu'après avoir chuté à plusieurs reprises.

Il y a aussi des personnes âgées qui craignent de tomber et préfèrent rester assises. Alors qu'arrêter de bouger ne fait qu'altérer la condition et la forme physique, ce qui a pour conséquence, d'augmenter les risques de chutes. Continuer à bouger suffisamment et ne pas avoir trop peur, tel est le message !

Enfin, certaines personnes ont peur de recourir à des aides fonctionnelles, comme une poignée d'appui, un rehausseur de toilettes, un tabouret de douche, un déambulateur, … Cela vient surtout du fait qu'elles craignent les réactions de leur entourage, et ne veulent pas montrer qu'elles ont besoin d'aide. Pourtant, de telles aides fonctionnelles peuvent leur rendre beaucoup d'autonomie dans leurs activités quotidiennes : beaucoup de clients m'appellent après coup pour me dire à quel point ils sont contents d'avoir adopté une aide fonctionnelle et d'avoir ainsi retrouvé une partie de leurs moyens.

Annelies : J'aime mon travail pour sa variété : je renconre plein de gens et de situations différents. Je suis chaque fois très sensible aux marques de gratitude des personnes que j'ai pu aider. Et il ne faut pas qu'il s'agisse forcément de dispositifs importants : nous pouvons souvent aider les gens grâce à des conseils ou de petites aides fonctionnelles, auxquels ils n'auraient pas pensé. 

La semaine de la prévention des chutes

La semaine de la prévention des chutes se déroulera du 22 au 28 avril 2019, à l'initiative de divers intervenants spécialisés en Région flamande. Cette nouvelle édition aura pour thème 'Ne laissez pas la peur de tomber déterminer votre existence' , et se concentrera sur la peur de tomber

Une chute avec une lésion sérieuse pour conséquence amène souvent la victime à craindre de (re)tomber. La personne va moins bouger, ce qui réduit évidemment le risque de chute, mais réduit tout aussi sûrement la force musculaire et la capacité d'équilibre, faisant ainsi (ré)augmenter le risque de chute. C'est le début d'un cercle vicieux.

Pourquoi la prévention des chutes est-elle aussi importante ? Quelques faits établis !

  • Une ‘lésion accidentelle’ est la cinquième cause de décès chez les plus de 75 ans. Les chutes accidentelles en sont la cause la plus importante. De 24 à 35% des plus de 65 ans tombent au moins 1 fois par an.
  • Les chances d'aboutir aux urgences après une chute sont 10 fois plus grandes qu'après un accident de la circulation. Le fait de tomber est toujours un problème fortement sous-évalué.
  • Les chutes sans lésion ne sont que rarement signalées parce qu'elles représentent une confrontation à l'augmentation de la fragilité, ou parce que la personne âgée craint un placement en maison de repos.

 

Autres articles

14 novembre 2019

Que pensez-vous d’eSanté ?

Avez-vous déjà donné votre consentement éclairé afin que les prestataires de soins puissent partager vos données médicales entre eux ? Consultez-vous vos données de santé numériques sur le portail Masanté ? Et que pensez-vous des applications de santé ? Avec l’eHealthMonitor 2019, les autorités fédérales souhaitent savoir ce que vous pensez de l’eSanté. 
04 novembre 2019

2 pharmaciens sur 3 veulent administrer des vaccins

Les pharmaciens sont bien plus que des vendeurs de pilules. Ils constituent un point de contact essentiel pour toutes vos questions en matière de médicaments. Une enquête réalisée par Le Pharmacien montre que ceux-ci aimeraient voir leur éventail de tâches s'élargir davantage.