La nature comme médicament

Avez-vous déjà pris un bain sylvestre ? Selon cette approche japonaise, c’est on ne peut plus clair : la nature a une influence positive sur le corps et l’esprit. Benno Geertsma de Natuurpunt et du Réseau Nature et Santé en est aussi convaincu : “Nous voulons amener la nature vers les gens et les gens vers la nature.”
Avez-vous déjà pris un bain sylvestre ? Selon cette approche japonaise, c’est on ne peut plus clair : la nature a une influence positive sur le corps et l’esprit. Benno Geertsma de Natuurpunt et du Réseau Nature et Santé en est aussi convaincu : “Nous voulons amener la nature vers les gens et les gens vers la nature.”
Avez-vous déjà pris un bain sylvestre ? Selon cette approche japonaise, c’est on ne peut plus clair : la nature a une influence positive sur le corps et l’esprit. Benno Geertsma de Natuurpunt et du Réseau Nature et Santé en est aussi convaincu : “Nous voulons amener la nature vers les gens et les gens vers la nature.”
La nature comme médicament

Benno Geertsma est un des initiateurs du Réseau Nature et Santé, un, réseau dont la Mutualité Partena fait aussi partie. La mission de ce réseau ? “Nous voulons un environnement de vie vert et sain pour tous, A cet effet, nous invitons divers secteurs à unir leur forces : le secteur de la nature, celui de la santé, les autorités, les acteurs du monde de la recherche, les universités…”, raconte Geertsma. “Nous voulons amener davantage la nature vers les gens. Songez aux maisons de repos qui offrent le calme d’un jardin à leurs résidents. Mais nous voulons aussi mieux conscientiser les gens par rapport à la nature. Les ‘biowalks’ aux Pays-Bas en sont un exemple concret : des diabétiques partent dans la nature sous la conduite d’un guide. Après une demiheure de marche, leur taux de glycémie semble avoir déjà diminué. Ou les généralistes en Ecosse qui prescrivent une dose de nature à leurs patients. Ce serait fantastique si c’était aussi possible chez nous.” 

Des enquêtes de plus en plus nombreuses 

Des enquêtes scientifiques toujours plus nombreuses confirment qu’un environnement de vie vert a une influence positive sur notre bien-être tant physique que mental. Benno Geertsma : “Une étude récente de l’Université de Hasselt a démontré que les activités dans la nature diminuent le risque de burn-out, dans la mesure où la nature réduit notamment les hormones de stress et le rythme cardiaque. L’Université d’Anvers a, à son tour, créé une chaire autour des soins et de la nature, qui va se consacrer à la recherche appliquée. C’est une bonne nouvelle, parce qu’elle pourrait ainsi définir de quelle quantité de vert nous avons besoin pour obtenir un effet positif sur la santé. Et quel est le type d’environnement de vie qui convient le mieux à un groupe donné. Ainsi un hôpital aux Pays-Bas mesure l’impact d’un jardin de chimio spécial sur des patients cancéreux. Ces résultats sont importants pour pouvoir développer une politique de santé, fondée scientifiquement. 

Salles d'attente vertes et jardins de soins

Chez nous aussi, de plus en plus d’institutions de soins font le pari du vert. “L’AZ Sint-Lucas à Bruges a ainsi installé une salle d’attente dans la nature. Les personnes qui attendent l’heure de leur rendez-vous ont l’occasion d’y faire une petite promenade au vert”, raconte Geertsma. “Une maison de repos de Dessel a aménagé un jardin de soins où les résidents et leurs proches peuvent apprécier le calme d’un environnement verdoyant.”

Envie de bouger en plein air? Découvrez les conseils pour vos balades de notre campagne #faireunpetittour

Autres articles