L’influence du stress sur votre digestion

Le trac, une jolie femme ou un bel homme qui croise vos pas, le chagrin d’avoir perdu un être cher … Le stress, le sentiment amoureux et le chagrin intense sont autant d’émotions très différentes, mais qui ont un effet comparable sur notre système digestif. Comment se fait-il que notre cerveau exerce un tel effet sur nos intestins et vice versa : comment la digestion influence-t-elle la manière dont nous nous sentons ? 
L’influence du stress sur votre digestion

Un nœud dans l’estomac ?

On évalue à 1 individu sur 5 le nombre de personnes souffrant de troubles intestinaux et de maux de ventre persistants. Et ce n’est pas tout, on ne leur trouve souvent aucune raison ! Une chose est sûre : si vous avez un ventre délicat, vos intestins peuvent souffrir du stress, d’un sentiment amoureux ou d’un chagrin, ... Vos selles se liquéfient tout à coup, vous éprouvez la sensation de devoir toujours aller aux toilettes, à moins que vous ne soyez simplement nauséeux(se).

Un nœud dans l’estomac à cause du stress ? Vos maux de ventre augmentent au fur et à mesure que vous ruminez ? Vous ne vous sentez pas bien dans votre peau ? Vous ne dormez pas bien, vous êtes irritable, fatigué(e) ? Il est grand temps de contrôler et de gérer vos émotions comme le stress.

Intestins et cerveau, une relation étroite !

Vous connaissez ces expressions : ventre affamé n’a pas d’oreilles, avoir la reconnaissance du ventre … : les intestins et le cerveau collaborent étroitement. Ou autrement dit : ce que vous faites ou dites a une influence sur ce que ressent votre corps.

Votre digestion est en effet étroitement liée à vos pensées et à vos émotions, ce qui explique pourquoi le stress avant d’effectuer une présentation brouille souvent l’estomac. Lorsque le cerveau pense que le corps court un danger, il veille à ce que votre attention soit aiguisée, en augmentant le rythme cardiaque, la tension artérielle et la cadence respiratoire.

Autre conséquence, la libération d’hormones comme l’adrénaline et le cortisol. L’augmentation de la tension musculaire vous tient en éveil, la transpiration rafraîchit le corps. Les muscles de l’estomac sont très sensibles à cette réaction de lutte ou de fuite. Cette sensibilité exacerbée est en partie responsable des gargouillements abdominaux.

Un deuxième cerveau ...

Certains scientifiques considèrent le ventre comme un deuxième cerveau. Des études antérieures ont révélé que les intestins renferment 100 millions de neurones reliés au cerveau. Donc, quand nous sommes nerveux, le cerveau communique cette angoisse au ventre.

Cette réaction de lutte ou de fuite remonte à nos origines, quand nos lointains aïeux devaient se préparer à fuir devant les carnivores. Un rythme cardiaque augmenté et la tension musculaire nous aident à courir plus vite. Même si une sollicitation n’est pas forcément une menace vitale, le corps s’adapte de la même manière aux différents types de stress.

Reconnaissez votre stress et faites-en quelque chose !

Essayez d’éviter autant que possible les situations de stress, et apprenez surtout à reconnaître de tels moments de stress. Apprenez comment votre corps réagit au stress et prenez bien conscience du fait que vous n’êtes pas le stress. Voici quelques conseils pour vous débarrasser de ce nœud dans l’estomac :

  • Acceptez le fait que vous souffrez du stress. Le plus important après l’acceptation, c’est le calme, une structure et de la régularité, de dormir suffisamment et de faire attention à votre respiration.
  • Faites attention à votre respiration. En respirant plus lentement et plus profondément, vous adressez un signal au cerveau, qui entraîne la production d’hormones favorisant la décontraction Les exercices respiratoires contribuent aussi à augmenter l’énergie consacrée à la digestion, ce qui permet aux intestins de mieux fonctionner.
  • La décontraction du corps entraîne automatiquement la décontraction de tous les muscles, y compris ceux des intestins.
  • Ecoutez votre corps. En prenant bien soin de vous, vous prenez aussi soin de votre ventre. Accordez-vous un peu de temps pour vous même, chaque jour, même s’il ne s’agit que de quelques minutes. Que ce soit entre toutes les activités auxquelles vous vous livrez ou en prévoyant des pauses pendant les repas. Faites des choses agréables, distrayez-vous … : prendre un bain, lire un bon livre, faire du sport, écouter un concert, faire du yoga …
  • Faites attention à votre alimentation. Il n’y a pas que ce que vous mangez qui importe, veillez aussi à prendre le temps pour le faire, et faites le choix de la régularité. Mangez calmement, mâchez bien, votre ventre et vos intestins vous en seront reconnaissants.

Article tags:

Autres articles

Travailler et vivre à nouveau plus proche ensemble

Bientôt, nous travaillerons et vivrons à nouveau plus proches les uns des autres. Cela crée de la peur, de l'insécurité et de la méfiance face à une éventuelle infection ou à un comportement sûr.  L’angoisse s’amplifie généralement lorsque vous tentez de la réprimer. En parler peut vous aider – que ce soit avec des collègues, des proches ou d’autres personnes.

Les tensions relationnelles dues au coronavirus : comment les affronter ?

Les mesures prises par les autorités sont source de beaucoup de confusion et à l’origine de réorganisations au travail et dans la vie privée. Nous devons jongler entre différents rôles en un seul endroit : travailler, être parent, être professeur, être partenaire. Cela provoque beaucoup de confusion ! Nous sommes tous à la recherche d'une structure claire et vivable.

Le télétravail, mode d’emploi

C’est enfoncer une porte ouverte que de dire que télétravailler à plein temps avec des enfants constitue un véritable défi, éprouvant psychiquement comme socialement. Si certains éprouvent un sentiment d’isolement ou se sentent moins liés à leurs collègues, d’autres ont l’impression de ne jamais avoir fini. Même sans enfants, télétravailler depuis chez soi n’est pas évident. Où placer la limite entre travail et vie privée ?