L’impact des sucres sur l’appétit

La nature des sucres a une influence sur la régulation de la faim et de la satiété, des éléments déterminants dans l’apparition du grignotage. Mieux connaître les sucres, c’est donc mieux contrôler ses envies. 
L’impact des sucres sur l’appétit

Une glycémie en équilibre

Au cours de la digestion, les glucides des aliments, et notamment les sucres, sont transformés en glucose (leur unité de base) qui passe dans le sang. La concentration de glucose dans le sang est appelée glycémie. La glycémie augmente pendant une à deux heures suite à la consommation des aliments glucidiques, puis revient aux valeurs initiales dans les deux heures qui suivent, notamment sous l’action d’une hormone spécifique, l’insuline, qui régule la glycémie.

Des pics et des creux

Les sucres sont connus pour passer rapidement dans le sang et élever rapidement la glycémie, surtout lorsque l’aliment qui les contient est liquide (boissons sucrées par exemple). Ce pic de glycémie entraîne un pic d’insuline qui, à son tour, fait redescendre brutalement la glycémie, entrainant parfois des hypoglycémies. Ces phénomènes biologiques permettent de comprendre pourquoi les sucres apportent rapidement de l’énergie et pourquoi la faim revient rapidement après, parfois sous forme de fringales.

Maîtriser la sensation de faim

A l’inverse, les aliments qui contiennent des glucides plus lentement digestibles supprimeront de façon prolongée la sensation de faim. Mais un aliment étant rarement consommé seul, il est important de considérer le repas dans son ensemble. Ainsi, les données montrent que les repas de faible index glycémique (qui n’induisent pas une montée brutale de la glycémie) diminuent de façon durable les signaux de faim et réduisent les apports énergétiques dans les heures qui suivent le repas.


Autres articles

13 janvier 2020

Nous achetons tous de moins en moins de kilocalories

Depuis 2012, les Belges ont acheté environ 4 % de kilocalories de moins au supermarché. La composition des aliments dans les rayons des magasins est de plus en plus équilibrée. C'est ce que révèlent les chiffres de Fevia, la fédération de l'industrie alimentaire belge.

Que propose le menu du jour ? Des légumineuses !

1 personne sur 4 ne peut citer qu'un, voire deux légumineuses. C'est dommage, parce qu'on ne peut les apprécier, faute de les connaître ! Les légumineuses ne sont pas seulement succulentes mais aussi riches en protéines, fibres, minéraux, vitamines et acides aminés. Mieux encore, selon l'économiste de la santé Lieven Annemans, en les intégrant à notre régime alimentaire, nous diminuons les risques de diabète, de cancer du sein et d'hémorragie cérébrale.