partagez

Etendre la vaccination contre le HPV aux garçons est rentable

En 2017, le Conseil Supérieur de la Santé recommandait de vacciner aussi les garçons âgés de 9 à 14 ans contre le papillomavirus humain (HPV). Le Centre fédéral d’Expertise des Soins de Santé (KCE) confirme aujourd'hui que cette extension est également rentable. 

Pas uniquement le cancer chez les filles

Le virus du papillome humain ne cause pas seulement le cancer du col de l'utérus. Chez les garçons, il peut aussi provoquer le cancer du pénis, de l'anus et de la gorge. C'est pourquoi le Conseil Supérieur de la Santé recommandait il y a deux ans déjà d'étendre aux garçons la vaccination contre le HPV. Une nouvelle étude du KCE montre que cette extension serait rentable. En cas de faible taux de vaccination des filles (comme à Bruxelles et en Wallonie), cette extension augmenterait encore davantage le rapport coût-efficacité.

Extension à partir de septembre 2019

Le KCE souligne également l'égalité entre les filles et les garçons. Offrir le vaccin uniquement aux filles est préjudiciable aux garçons, car le HPV augmente aussi les risques de cancer chez les hommes. Entre-temps, la Communauté Flamande et la Fédération Wallonie-Bruxelles ont décidé d'étendre la vaccination contre le HPV aux garçons à partir de septembre 2019.

Plus d’infos ?

Consultez le site du KCE !

Autres articles

Les coaches santé

Avez-vous déjà entendu parler de la VVGC (Vlaamse Vereniging Gezondheidscoaches) ? Une belle initiative à laquelle la Mutualité Partena apporte son soutien. Cette association professionnelle a notamment pour objectif d’éviter la prolifération sauvage des coaches ... ou même de charlatans ! Sachez par ailleurs que vous pouvez aussi bénéficier du remboursement de consultations de diététique : 40 euros après 4 séances chez un coach santé accrédité.
15 janvier 2020

Chaque jour, 6 jeunes hospitalisés à cause de l’alcool

En moyenne, 6 jeunes âgés de 12 à 17 ans se retrouvent quotidiennement à l'hôpital après une séance de "binge drinking". Pour les jeunes, l’abus d’alcool est particulièrement nocif. Les Mutualités Libres préconisent davantage d’investissements dans la prévention, ainsi qu’une réglementation plus stricte.