partagez

Des comprimés d'iode pour chaque Belge

Chaque Belge recevra des comprimés d'iode pour 2017 au plus tard afin de prévenir un cancer de la thyroïde en cas de catastrophe nucléaire. Un système de distribution et une campagne d'information seront mis en place l'année prochaine. 

De 20 à 100 km 

En cas de catastrophe nucléaire, de l'iode radioactif peut être libéré. Si notre thyroïde assimile ce minéral nocif, le risque de cancer de la thyroïde augmente. Prendre rapidement des comprimés d'iode après une catastrophe nucléaire permet toutefois de saturer la thyroïde en iode non-radioactif. De nombreux cancers peuvent ainsi être évités. Des comprimés d'iode sont actuellement déjà disponibles dans les pharmacies dans un rayon de 20 km autour des réacteurs et installations nucléaires. Le Conseil Supérieur de la Santé demande toutefois d'élargir ce rayon à 100 km et les autorités ont décidé de suivre cet avis. 

Soit à domicile, soit à la pharmacie

Un système de distribution des comprimés d'iode doit être mis en place au plus tard pour l'année prochaine. Cette distribution peut se faire de deux manières : soit à domicile, soit en fournissant des stocks aux pharmacies. Une campagne d'information par rapport à cette mesure suivra également, ainsi qu'une mise à jour du plan d'urgence nucléaire complet en cas de catastrophe nucléaire.

Article tags:

Autres articles

05 octobre 2020

De plus en plus d'enfants consultent un ophtalmologue

Les (jeunes) enfants sont-ils de plus en plus nombreux à consulter un ophtalmologue et à devoir porter des lunettes ? C’est la conclusion qui ressort de l’analyse des remboursements des consultations d'ophtalmologie et des dispositifs optiques destinés aux enfants. 
16 septembre 2020

Une vaccination contre la grippe en deux phases

Le Conseil Supérieur de la Santé recommande plus que jamais de vacciner les personnes à risque afin d'éviter que notre système de santé ne soit surchargé en cas de pic de Covid-19 pendant la saison grippale. De plus, la vaccination du personnel du secteur de la santé est importante pour protéger le patient. La vaccination des 50 à 64 ans permettra aussi de réduire la charge de travail en première ligne.