ActuVivre sainement
17 janvier 2020

partagez

Dans un monde sans tabac, l’espérance de vie augmenterait de deux ans

Si nous vivions dans un monde sans tabac, notre espérance de vie augmenterait de deux ans : de 81 ans en moyenne à 83 ans. Sciensano plaide en faveur d'un plan anti-tabac global, à la fois en matière de prévention et d’arrêt du tabac.

1 Belge sur 5 fume

19 % de la population belge fume encore et 15 % le fait chaque jour. Cela pose des risques majeurs pour la santé. La consommation de tabac peut entraîner des maladies chroniques comme le cancer, des maladies cardiovasculaires ou respiratoires... L'étude de Sciensano montre que dans un monde sans tabac, nous vivrions deux ans de plus. L'espérance de vie en bonne santé augmenterait même de trois ans.

Besoin de mesures drastiques

Selon Sciensano, les mesures individuelles en matière de tabac n'ont qu'un impact limité sur notre espérance et notre qualité de vie. Par exemple, l'augmentation de l'âge légal pour l’achat de cigarettes de 16 à 18 ans en vigueur depuis le 1er novembre 2019 augmenterait de seulement deux semaines l'espérance de vie en bonne santé. Sciensano plaide donc auprès des décideurs politiques en faveur d'un plan anti-tabac global, à la fois en matière de prévention et d’arrêt du tabac.

Plus d’infos ? 

Arrêtez de fumer? Découvrez nos conseils et les remboursements pour vous aider.

Consultez le site de Sciensano !

Article tags:

Autres articles

21 janvier 2021

Le frottis, nous le faisons. Et vous ?

Janvier est le mois de l’action de dépistage du cancer du col de l’utérus. Si vous êtes une femme âgée de 25 à 64 ans, il est essentiel que vous fassiez effectuer un frottis tous les 3 ans. Si votre dernier frottis remonte à plus de 3 ans, vous allez recevoir une invitation en ce sens, si vous habitez en Région flamande.
08 janvier 2021

Vaccination contre le coronavirus : ce que vous devez savoir

La campagne de vaccination contre la COVID-19 a démarré dans les maisons de repos, et se concentrera temporairement sur certains groupes prioritaires. Elle sera ensuite étendue à de plus larges groupes de la population. Qui sont les groupes prioritaires ? Le vaccin est-il sûr ? Où trouver des informations dignes de foi ? Nous tenons à vous informer.

DERNIERE MISE A JOUR : mardi 19 janvier 2021 (poursuivez votre lecture sous la photo)

Tout savoir sur le vaccin contre le HPV ou papillomavirus !

Le papillomavirus humain (HPV, pour Human Papillomavirus) est un virus qui se décline en plus de 100 types différents. 70 à 80 % de la population seront en contact avec un type de virus HPV au cours de leur vie. La plupart d’entre eux l’élimineront naturellement et ne développeront pas de complication. Environ 12 de ces types de HPV sont considérés comme des types de HPV à haut risque. Ils peuvent  provoquer, chez l’homme comme chez la femme, des infections au niveau des organes génitaux, de l’anus ou de la gorge. Ces infections peuvent évoluer en cancer (col de l’utérus, vulve, vagin, pénis, anus, bouche-pharynx).