Comment vivre avec la solitude ? Les conseils de nos soignants

En Belgique, près de la moitié des gens se sentent "de parfois à toujours" seuls, un chiffre assez élevé. D'où vient ce sentiment massif de solitude ? Est-ce un phénomène nouveau ou la solitude est-elle de tous les temps ? Et comment les personnes âgées en particulier vivent-elles la solitude ? Pour en savoir davantage sur la solitude et découvrir les conseils des soignants de Partena et OZ Aide familiale.

Comment vivre avec la solitude ? Les conseils de nos soignants

Les problèmes de santé mentale et physique sont souvent à l'origine de la solitude. Par exemple, vous marchez difficilement, vous vous fatiguez vite et devez vous reposer, les visites diminuent... Le vieillissement arrive en tête des causes.

Les statistiques révèlent que les personnes âgées de 65 ans continuent d'avoir une vie sociale agréable, mais que les personnes âgées de 80 ans sont les plus en proie à la solitude. Leur monde s'écroule : des amis et des proches disparaissent. Et s'il y a encore de la famille, elle doit s'occuper de ses (petits-)enfants. Et des événements tels qu'un confinement (dû au coronavirus) n'aident pas non plus. Les voyages ou les loisirs ne sont plus possibles, les petits-enfants ne rendent plus visite, voir des amis devient difficile.

A quoi ressemble la solitude ?

Selon Luc Goossens, professeur de psychologie à la KU Leuven et expert en la matière, la solitude est de tous les temps et de toutes les générations. "Se sentir seul est quelque chose de normal. Nous sommes en effet des êtres sociaux. Si notre tissu social se dégrade, nous nous sentons seuls", explique Luc Goossens.“

Jusqu'ici, rien de très grave, prenez-le comme une forme de "refroidissement émotionnel". Ce n'est que si ce sentiment perdure , et nous stresse, que nous commençons à ne plus nous sentir en sécurité, voire à devenir méfiants. Puis vient cette sensation rampante, comparable à la faim ou à la soif. Et c'est alors que cela devient un problème : pour vous-même et pour la société. 

Un lien évident avec la santé

Comme de nombreuses affections, la solitude ne présente pas de symptômes évidents. Et certainement pas dans la phase initiale. Souvent, cela touche même les personnes actives. "Mais elles perdent leur concentration, ne nouent pas de liens avec les autres, la qualité de leur sommeil est mauvaise, elles ne parlent pas beaucoup", dit Luc Goossens. Diverses études scientifiques montrent que la solitude augmente le risque de dépression et de troubles du sommeil. Mais aussi de réactions inflammatoires d'hypertension artérielle, de cholestérol et de diabète. La solitude est donc bien un problème social.

Comment pouvons-nous contribuer à repousser la solitude ?

La littérature nous apprend que ce n'est pas une tâche facile. Mais il s'agit surtout "d'entraîner ses compétences sociales", de travailler à une image de soi plus positive et d'augmenter sa résistance mentale. Facile à faire ? De nombreuses personnes pensent qu'elles ne peuvent pas parler de leurs sentiments de solitude. En cause, citons l'absence d'un partenaire adéquat, la honte, la peur de l'incompréhension et le fait de ne pas vouloir importuner.

A cela s'ajoute la difficulté de faire appel à une aide. Celui qui cherche une aide professionnelle est souvent traité comme un "patient", ce qui n'est pas engageant. Osez regarder plus loin, et ne pensez pas que seules les personnes âgées sont solitaires, ou les personnes âgées et pauvres. La solitude n'est pas une exception. 

Des conseils pour garder le moral !

Les soignants de Partena et d'OZ Aide familiale s'inspirent mutuellement de la manière dont ils peuvent remonter le moral des clients et les aider à briser la solitude. Les personnes qui ont besoin d'aide sont souvent elles-mêmes à l'origine de bons conseils, de suggestions et d'astuces. En voici quelques exemples :

  • Restez occupé(e) :cherchez activement le contact avec les autres, reprenez ce vieux passe-temps, faites du bénévolat (hôpital, association caritative, protection de la nature, ...) et adoptez une attitude positive.
  • Promenez-vous dans la nature, même s'il fait froid : emmenez un(e) ami(e), un proche, un(e) (ancien(ne)) collègue et préparez bien vos affaires. N'hésitez pas à emporter un thermos de délicieux café et quelques biscuits !
  • Soyez créatif(ve) : concevez un joli message pour votre fenêtre, ou celle des voisins.
  • Faites revivre le passé : feuilletez vos vieux albums photo, (re)lisez vos journaux intimes, les livres de vos amis ... Ou regardez de plus près vos anciens résultats scolaires... Une chouette option : créez un jeu de mémoire avec des photos du passé.
  • Créez une "boîte à tâtonnements" : trouvez un partenaire et mettez-y vos objets spéciaux. Chaque partenaire, à son tour, devine ce que c'est, hilarité garantie !
  • Faites quelque chose pour quelqu'un d'autre : préparez des cookies. Il y aura beaucoup de gens qui voudront les déguster.
  • Appels vidéo : vous ne pouvez pas voir votre famille, vos amis... pendant un certain temps ? Il existe de nombreuses applications qui permettent de se parler et de se voir en un clic : Zoom, Skype, FaceTime, WhatsApp... Appelez sans attendre vos amis ou vos proches, cela vous fera vraiment du bien !
  • Faire du sport : pour acquérir une bonne résistance et se sentir bien dans sa peau, il est très important de faire de l'exercice. Cela vous évitera de vous retrouver dans une spirale négative.

Vous n'en pouvez plus ? Appelez la Ligne d'écoute

Si la coupe déborde, que la solitude augmente, que vous vous sentez épuisé(e), proche d'un burn-out, ou connaissez des problèmes relationnels, fiez-vous à la Ligne d'écoute.

Si vous êtes client(e) de la Mutualité Partena, appelez gratuitement la Ligne d'écoute Partena.

Si vous êtes client(e) de la Mutualité OZ, appelez gratuitement la Ligne d'écoute OZ. (site en néerlandais)

 
 

 

Autres articles

26 avril 2021

La Ligne d'écoute permet d'éviter les listes d'attentes

Les mesures liées au coronavirus vous pèsent ? Vous n'êtes pas seul(e). Les psychologues de la Ligne d'écoute constatent que la crise du coronavirus est l'un des sujets les plus courants des consultations téléphoniques. Bonne nouvelle : la Ligne d'écoute a encore des capacités d'accueil : toute personne cherchant de l'aide peut appeler sans attendre et sera en relation avec un(e) psychologue dans les 24 heures. 

L’influence du stress sur votre digestion

Le trac, une jolie femme ou un bel homme qui croise vos pas, le chagrin d’avoir perdu un être cher … Le stress, le sentiment amoureux et le chagrin intense sont autant d’émotions très différentes, mais qui ont un effet comparable sur notre système digestif. Comment se fait-il que notre cerveau exerce un tel effet sur nos intestins et vice versa : comment la digestion influence-t-elle la manière dont nous nous sentons ?