Pensez à votre frottis !

Environ 80% des femmes seront tôt ou tard infectées par le papillomavirus humain, qui peut provoquer la cancer du col de l'utérus. Ne pensez pas que ça ne pourrait pas vous arriver… Et faites réaliser un frottis une fois tous les trois ans pour l'éviter. Même après 50 ans !
Pensez à votre frottis  !

En Belgique, environ 630 femmes sont frappées chaque année par le cancer du col de l'utérus. Une tumeur maligne, formée par la prolifération de cellules, se développe à hauteur du col de l'utérus. “Et il s'agit presque toujours de cellules infectées par le papillomavirus humain (VPH)”, explique le docteur Patrick Martens, directeur du Centre de Dépistage du Cancer.

“Toute personne qui est ou a été sexuellement active peut être infectée. Environ 80% des femmes seront tôt ou tard infectées. La plupart du temps, le corps élimine lui-même le papillomavirus humain après 2 ans. A défaut, des cellules anormales peuvent apparaître.” Ces cellules peuvent provoquer un cancer 10 à 15 ans après l'infection.

Groupe à risque 

Toutes les femmes peuvent contracter un cancer du col de l'utérus, mais certaines sont plus exposées que d'autres. “Si vous fumez, votre système immunitaire est moins efficace. Le corps a plus de difficultés à éliminer le papillomavirus humain. Le cancer du col de l'utérus survient aussi plus souvent chez les femmes qui prennent des médicaments qui affaiblissent le système immunitaire ou atteintes du virus ou du sida”, précise le docteur. “Les femmes qui n'ont jamais fait réaliser de frottis constituent aussi un groupe à risque parce qu'elles n'ont jamais été détectées, ni traitées à un stade précoce. La maladie peut survenir à tout âge. Nous constatons la majorité des cas chez des femmes de 35 à 64 ans.” Cela signifie donc que les femmes de moins de 50 ans sont aussi exposées au cancer du col de l'utérus.

Toute personne qui est ou a été sexuellement active peut être infectée. Et même plus : environ 80% des femmes seront tôt ou tard infectées.                     
Docteur Patrick Martens, directeur du Centre de Dépistage du Cancer

La prévention est efficace

Vous pouvez prévenir le cancer du col de l'utérus. Faire réaliser un frottis une fois tous les trois ans suffit pour dépister le cancer du col de l'utérus. Docteur Martens: “Et les tests permettent même de détecter la maladie à des stades précoces, lorsqu'elle n'est pas encore ou au tout début de son développement. Le cancer n'est pas encore déclaré, et un simple traitement suffira à le prévenir.”

Campagne de dépistage

Les autorités de la Région flamande organisent une campagne de dépistage du cancer du col de l'utérus. Elles veulent inciter les femmes de 25 à 64 à faire réaliser un frottis une fois tous les trois ans. Vous ne devez régler que la consultation, et êtes remboursée de la plus grande partie par la mutualité. Si vous appartenez au groupe cible, ou s'il y a plus de 3 ans que vous avez fait effectuer un frottis, le Centre de Dépistage du Cancer vous adressera un courrier d'invitation. Prenez rendez-vous avec votre médecin généraliste ou votre gynécologue, in jour où vous n'êtes pas indisposée.

Faites vacciner votre fille

Les autorités de la Région flamande proposent une vaccination gratuite contre le PVH aux jeunes filles de la première année de l'enseignement secondaire. Les jeunes filles de moins de 19 ans qui n'ont pas encore été vaccinéeds, peuvent acheter, sur prescription, le vaccin contre le PVH en pharmacie. Un médecin peut administrer le vaccin. Attention : même en étant vaccinée, un frottis reste indispensable !

Les garçons aussi 

Le Cobseil Supérieur de la Santé recommande aussi la vaccination des garçons de 9 à 14 ans contre le papillomavirus humain (PVH ). 

Découvrez l'avantage Partena pour le remboursement des vaccins.

Si vous vous posez des questions par rapport à votre situation personnelle, adressez-vous à votre médecin généraliste ou à votre gynécologue.

 

Autres articles

14 octobre 2019

1 Belge sur 2 en surpoids

Nous fumons et buvons moins, mais il reste beaucoup de pain sur la planche en matière d’alimentation saine et d’exercice physique. Un Belge sur deux est en effet en surpoids. C'est ce que révèle la deuxième partie de l'Enquête de santé 2018 de Sciensano.