partagez

Avertissement obligatoire concernant la santé dans tous les centres de bronzage

"L’utilisation de centres de bronzage favorise le cancer", tel est le message sans équivoque qui sera affiché dans les centres de bronzage, à l'entrée de ceux-ci et dans chaque cabine de banc solaire. Il s'agit de l'une des mesures du Ministre des Consommateurs, Kris Peeters, pour mieux informer les utilisateurs au sujet des bancs solaires.

Beaucoup trop d'infractions

Cet avertissement obligatoire fait suite aux résultats dramatiques des contrôles réalisés dans les centres de bronzage. Parmi les 199 établissements contrôlés l'année dernière, 12 seulement étaient parfaitement en ordre. Tous les autres centres présentaient au moins une infraction à la législation, comme un rayonnement UV trop élevé, aucune adaptation de l'intensité au type de peau, etc. Si le nombre d'infractions ne diminue pas, il y aura d'ailleurs encore plus d'inspections cette année.

Quelles sont les autres mesures ?

En plus de l'avertissement obligatoire des risques pour la santé et des contrôles réalisés, les centres de bronzage ne peuvent plus faire de publicité sur les éventuels effets positifs d'une séance de banc solaire. Les autorités mèneront également une large campagne via les médias sociaux au sujet des conséquences néfastes du solarium. Une interdiction des centres de bronzage n'est toutefois pas à l'ordre du jour. "Les gens doivent continuer à avoir le choix. L'alcool et les cigarettes ne sont pas non plus interdits", conclut Kris Peeters.
 

Autres articles

21 janvier 2021

Le frottis, nous le faisons. Et vous ?

Janvier est le mois de l’action de dépistage du cancer du col de l’utérus. Si vous êtes une femme âgée de 25 à 64 ans, il est essentiel que vous fassiez effectuer un frottis tous les 3 ans. Si votre dernier frottis remonte à plus de 3 ans, vous allez recevoir une invitation en ce sens, si vous habitez en Région flamande.
08 janvier 2021

Vaccination contre le coronavirus : ce que vous devez savoir

La campagne de vaccination contre la COVID-19 a démarré dans les maisons de repos, et se concentrera temporairement sur certains groupes prioritaires. Elle sera ensuite étendue à de plus larges groupes de la population. Qui sont les groupes prioritaires ? Le vaccin est-il sûr ? Où trouver des informations dignes de foi ? Nous tenons à vous informer.

DERNIERE MISE A JOUR : mardi 19 janvier 2021 (poursuivez votre lecture sous la photo)

Tout savoir sur le vaccin contre le HPV ou papillomavirus !

Le papillomavirus humain (HPV, pour Human Papillomavirus) est un virus qui se décline en plus de 100 types différents. 70 à 80 % de la population seront en contact avec un type de virus HPV au cours de leur vie. La plupart d’entre eux l’élimineront naturellement et ne développeront pas de complication. Environ 12 de ces types de HPV sont considérés comme des types de HPV à haut risque. Ils peuvent  provoquer, chez l’homme comme chez la femme, des infections au niveau des organes génitaux, de l’anus ou de la gorge. Ces infections peuvent évoluer en cancer (col de l’utérus, vulve, vagin, pénis, anus, bouche-pharynx).