ActuVivre sainement
03 décembre 2018

partagez

Arrêter de fumer, maintenant aussi grâce à l'application Tabacstop

Si vous voulez arrêter de fumer, vous pouvez dès à présent utiliser l’application Tabacstop, un nouvel outil gratuit pour dire adieu à la cigarette. 

Soutien quotidien sur votre smartphone

Vous ne devez plus nécessairement appeler Tabacstop si vous cherchez un accompagnement professionnel pour arrêter de fumer ! Grâce à l'application, vous pouvez à présent également compter sur le soutien quotidien de tabacologues sur votre smartphone. Grâce à un fil d'actualité très simple, vous découvrirez de nouvelles informations intéressantes ainsi que de nombreux conseils pour laisser tomber la cigarette. Dès que vous fixez votre date d’arrêt dans votre profil, des statistiques vous permettent de savoir où vous en êtes. Et pour vous motiver, vous pourrez gagner des badges à chaque étape. 

Entraide de futurs ex-fumeurs

L'application Tabacstop propose également une fonction de chat anonyme, où les futurs ex-fumeurs peuvent s’entraider en partageant des conseils, posant des questions, s’encourageant... Si vous êtes sur le point d’allumer une cigarette, cliquez sur le bouton " SOS". L'application vous lancera alors un défi pour vous changer les idées. 

Plus d’infos

Consultez le site de Tabacstop
En savoir davantage sur le remboursement des médicaments et des consultations pour arrêter de fumer.

Autres articles

Les coaches santé

Avez-vous déjà entendu parler de la VVGC (Vlaamse Vereniging Gezondheidscoaches) ? Une belle initiative à laquelle la Mutualité Partena apporte son soutien. Cette association professionnelle a notamment pour objectif d’éviter la prolifération sauvage des coaches ... ou même de charlatans ! Sachez par ailleurs que vous pouvez aussi bénéficier du remboursement de consultations de diététique : 40 euros après 4 séances chez un coach santé accrédité.
15 janvier 2020

Chaque jour, 6 jeunes hospitalisés à cause de l’alcool

En moyenne, 6 jeunes âgés de 12 à 17 ans se retrouvent quotidiennement à l'hôpital après une séance de "binge drinking". Pour les jeunes, l’abus d’alcool est particulièrement nocif. Les Mutualités Libres préconisent davantage d’investissements dans la prévention, ainsi qu’une réglementation plus stricte.