ActuVivre sainement
22 avril 2016

partagez

Un ado sur dix s'automutile

Une étude de la Vrije Universiteit Brussel (VUB) révèle qu'en 2015, un jeune sur dix parmi les moins de 18 ans pratique l'automutilation. Dans cette situation, le soutien de la famille est la première étape vers la guérison.

Oser en parler...

Parmi tous les adolescents qui ont participé à l'étude, un sur cinq a reconnu s'être un jour mutilé. Lors de l'année écoulée, un sur dix s'est automutilé. Le soutien de la famille semble être le seul facteur qui peut aider ces jeunes face à leur problème. "En parler constitue une première étape. Une aide professionnelle est ensuite souhaitable. Pour les parents aussi, car une maman n'ose pas toujours avouer que son enfant s'automutile" explique Imke Baetens, professeur en Psychologie Clinique à la VUB.

Trauma physique ou sexuel

Dans la moitié des cas, la cause de l'automutiliation est liée à un trauma physique ou sexuel. Il s'agit toujours de jeunes qui se sentent mal dans leur peau et qui font face à une crise d'identité. Il s'avère toutefois que 5 % des adultes pratiquent l'automutilation.

Autres articles

Travailler et vivre à nouveau plus proche ensemble

Bientôt, nous travaillerons et vivrons à nouveau plus proches les uns des autres. Cela crée de la peur, de l'insécurité et de la méfiance face à une éventuelle infection ou à un comportement sûr.  L’angoisse s’amplifie généralement lorsque vous tentez de la réprimer. En parler peut vous aider – que ce soit avec des collègues, des proches ou d’autres personnes.

Les tensions relationnelles dues au coronavirus : comment les affronter ?

Les mesures prises par les autorités sont source de beaucoup de confusion et à l’origine de réorganisations au travail et dans la vie privée. Nous devons jongler entre différents rôles en un seul endroit : travailler, être parent, être professeur, être partenaire. Cela provoque beaucoup de confusion ! Nous sommes tous à la recherche d'une structure claire et vivable.

Le télétravail, mode d’emploi

C’est enfoncer une porte ouverte que de dire que télétravailler à plein temps avec des enfants constitue un véritable défi, éprouvant psychiquement comme socialement. Si certains éprouvent un sentiment d’isolement ou se sentent moins liés à leurs collègues, d’autres ont l’impression de ne jamais avoir fini. Même sans enfants, télétravailler depuis chez soi n’est pas évident. Où placer la limite entre travail et vie privée ?