ActuVivre sainement
20 décembre 2018

partagez

1 Européen sur 6 aux prises avec des problèmes mentaux

Près d’un Européen sur six souffre de problèmes psychiques, comme 18 % des Belges. Le coût pour notre pays n’est pas négligeable. Il s’élève à 20,7 milliards d’euros d’après les calculs publiés dans le nouveau rapport de l’OCDE.

Quelles conséquences économiques ?

Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), environ un Européen sur six souffre de problèmes de santé mentale tels que dépression, angoisses, addiction à l’alcool ou aux drogues... Dans un nouveau rapport, l’OCDE répertorie les conséquences économiques de cette situation. Chaque année, les maladies mentales coûtent, directement et indirectement, près de 600 milliards d'euros à l’Europe. En ce qui concerne la Belgique, l'OCDE estime leur coût à 20,7 milliards d’euros par an, soit un peu moins de 5 % de notre produit intérieur brut (PIB).

Coût humain

Bien entendu, les troubles mentaux sont aussi un drame personnel. Dans son rapport, l'OCDE souligne que le coût humain pour les personnes souffrant de problèmes mentaux est dévastateur. Pour les patients eux-mêmes, mais aussi pour leur famille et leurs amis. L'OCDE encourage donc les États membres à investir davantage dans la prévention et le traitement des problèmes de santé mentale.

Plus d’infos ?

Consultez le site de l’OCDE !

Article tags:

Autres articles

Les tensions relationnelles dues au coronavirus : comment les affronter ?

Les mesures prises par les autorités sont source de beaucoup de confusion et à l’origine de réorganisations au travail et dans la vie privée. Nous devons jongler entre différents rôles en un seul endroit : travailler, être parent, être professeur, être partenaire. Cela provoque beaucoup de confusion ! Nous sommes tous à la recherche d'une structure claire et vivable.

Le télétravail, mode d’emploi

C’est enfoncer une porte ouverte que de dire que télétravailler à plein temps avec des enfants constitue un véritable défi, éprouvant psychiquement comme socialement. Si certains éprouvent un sentiment d’isolement ou se sentent moins liés à leurs collègues, d’autres ont l’impression de ne jamais avoir fini. Même sans enfants, télétravailler depuis chez soi n’est pas évident. Où placer la limite entre travail et vie privée ?