ActuVivre sainement
28 novembre 2017

partagez

1 décès sur 6 lié à la pollution

En 2015, la pollution était responsable de 9 millions de décès, ce qui revient à 1 décès sur 6 à l’échelle mondiale. Il ne s’agit pas uniquement de pollution de l’air, mais aussi de l’eau et du lieu de travail. Ce sont les résultats d’une étude de la revue scientifique The Lancet !

3 fois plus que le sida, la tuberculose et le paludisme réunis

9 millions de morts par an, c’est 3 fois plus que le sida, la tuberculose et le paludisme réunis. La pollution de l'air est responsable à elle seule de 6,5 millions de décès chaque année, principalement au travers de maladies cardiaques et de cancer du poumon. L'eau polluée serait liée à 1,8 million de morts (maladies gastro-intestinales et infections parasitaires) et la pollution sur le lieu de travail en causerait environ 800.000 chaque année, par l'exposition à des substances toxiques ou cancérigènes. 

Surtout les populations vulnérables

Selon l’étude, le phénomène touche surtout les populations pauvres et vulnérables. 9 décès sur 10 liés à la pollution surviennent dans des pays à revenu faible ou moyen. Dans certains pays comme l’Inde et Madagascar, il s’agit même d'un quart de tous les décès. Avec cette étude, les scientifiques souhaitent surtout sensibiliser davantage à la problématique de la pollution et motiver les décideurs politiques à aborder sérieusement ce problème urgent.
 

Autres articles

Les coaches santé

Avez-vous déjà entendu parler de la VVGC (Vlaamse Vereniging Gezondheidscoaches) ? Une belle initiative à laquelle la Mutualité Partena apporte son soutien. Cette association professionnelle a notamment pour objectif d’éviter la prolifération sauvage des coaches ... ou même de charlatans ! Sachez par ailleurs que vous pouvez aussi bénéficier du remboursement de consultations de diététique : 40 euros après 4 séances chez un coach santé accrédité.
15 janvier 2020

Chaque jour, 6 jeunes hospitalisés à cause de l’alcool

En moyenne, 6 jeunes âgés de 12 à 17 ans se retrouvent quotidiennement à l'hôpital après une séance de "binge drinking". Pour les jeunes, l’abus d’alcool est particulièrement nocif. Les Mutualités Libres préconisent davantage d’investissements dans la prévention, ainsi qu’une réglementation plus stricte.