ActuVivre sainement
19 janvier 2016

partagez

1 Belge sur 10 boit trop

10% des Belges sont confrontés à une consommation problématique d’alcool. Parmi eux, seul 1 sur 12 fait appel à une aide professionnelle et ce, après avoir attendu en moyenne 18 ans. Le Centre Fédéral d’Expertise des Soins de santé (KCE) plaide pour un plan alcool.

L’aide professionnelle fonctionne

Selon une enquête de l’Institut scientifique de Santé publique (ISP), 10 % des Belges sont confrontés à une consommation problématique d’alcool. Mais à partir de combien de verres buvons-nous trop ? L’Organisation mondiale de la Santé établit la limite à 14 verres d’alcool par semaine pour les femmes et 21 pour les hommes. De plus, seul 1 Belge sur 12 confronté à un problème d’alcool cherche une aide professionnelle et ce, après avoir attendu en moyenne 18 ans. Certains parviennent à résoudre leurs problèmes seuls, mais d’autres ne trouvent le chemin de l’aide que trop tard, voire jamais. Pourtant l’entretien motivationnel, l’accompagnement psychologique, les groupes d’entraide et certains traitements médicamenteux ont déjà largement prouvé leur utilité.

Plan alcool 

Le KCE encourage les autorités, les associations de patients, les organisations de soins et les prestataires de soins à élaborer, le plus vite possible, un plan alcool approfondi à différents niveaux. Ce plan doit, entre autres, comprendre les mesures suivantes :

  • des campagnes d’information et de sensibilisation pour mieux conscientiser les individus aux risques et conséquences de la consommation d’alcool
  • des points d’information (téléphone, sites web) pour permettre aux personnes de chercher des réponses à leurs questions
  • screening de patients par le médecin pour détecter une consommation excessive d’alcool
  • davantage d’attention à la problématique de l’accoutumance lors de la formation des prestataires de soins 

Article tags:

Autres articles

08 janvier 2021

Vaccination contre le coronavirus : ce que vous devez savoir

La campagne de vaccination contre la COVID-19 a démarré dans les maisons de repos, et se concentrera temporairement sur certains groupes prioritaires. Elle sera ensuite étendue à de plus larges groupes de la population. Qui sont les groupes prioritaires ? Le vaccin est-il sûr ? Où trouver des informations dignes de foi ? Nous tenons à vous informer.

DERNIERE MISE A JOUR : jeudi 14 janvier 2021 (poursuivez votre lecture sous la photo)

Tout savoir sur le vaccin contre le HPV ou papillomavirus !

Le papillomavirus humain (HPV, pour Human Papillomavirus) est un virus qui se décline en plus de 100 types différents. 70 à 80 % de la population seront en contact avec un type de virus HPV au cours de leur vie. La plupart d’entre eux l’élimineront naturellement et ne développeront pas de complication. Environ 12 de ces types de HPV sont considérés comme des types de HPV à haut risque. Ils peuvent  provoquer, chez l’homme comme chez la femme, des infections au niveau des organes génitaux, de l’anus ou de la gorge. Ces infections peuvent évoluer en cancer (col de l’utérus, vulve, vagin, pénis, anus, bouche-pharynx). 

Vaccins : les ados aussi !

Pendant l’adolescence, les vaccinations restent nécessaires… Il peut s’agir de vaccination recommandées à cette période, comme le vaccin contre le HPV,  de rappels ou de rattrapages pour les vaccinations non effectuées pendant l’enfance.