ActuMalade
11 janvier 2018

partagez

Vous avez contracté une MST ? Informez-en anonymement votre partenaire sexuel

Il n'est pas du tout évident d'informer son ou ses partenaires sexuels quand on a contracté une maladie sexuellement transmissible (MST). C’est pourquoi, l’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers (IMT) a créé le site www.partneralert.be, qui vous permet d’avertir anonymement vos partenaires sexuels pour qu’ils se fassent dépister. 
 

"Ça ne passera pas !"

Personne ne veut contracter une MST. Et si vous êtes infecté, vous ne voulez pas transmettre la maladie. C’est pourquoi, il est essentiel d’informer vos partenaires sexuels, mais ce n’est pas toujours simple. Pour faciliter ce processus, il est à présent possible de le faire anonymement sur www.partneralert.be. Ce site devrait contribuer à maîtriser le nombre de nouvelles infections. 

Comment cela fonctionne-t-il ? 

Vous voulez avertir quelqu’un ? Vous recevrez alors un code de votre médecin ou de votre infirmière (uniquement via le Centre de Référence SIDA pour l’instant), que vous pourrez encoder sur le site. Vous pourrez ensuite y indiquer le numéro de téléphone ou l’adresse e-mail de votre ou vos partenaires et envoyer un message. Vous avez reçu un message d'un partenaire ? Dans ce cas, vous recevrez également un code, que vous devrez encoder sur le site web. Vous pourrez alors immédiatement imprimer une lettre d’envoi pour vous faire dépister chez votre médecin. 
 

Autres articles

17 janvier 2020

Un médicament est-il disponible ? Vérifiez-le avec PharmaStatut

Vous voulez vérifier si un médicament spécifique est disponible ou non ? C’est possible grâce à PharmaStatut, une nouvelle application en ligne de l'Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS). Cette application reprend des informations complètes et actualisées sur tous les médicaments autorisés dans notre pays. 
17 décembre 2019

Près d'1 jeune enfant sur 4 prend au moins 1 médicament contre l'asthme

Près d’un quart des enfants de 2 à 6 ans prend au moins 1 médicament contre l'asthme. Heureusement, chez les enfants et les adolescents âgés de 7 à 18 ans, ce nombre passe à un peu moins de 1 sur 10. Les Mutualités Libres demandent qu'une plus grande attention soit accordée à la prévention des maladies respiratoires.