ActuMalade
23 août 2019

partagez

Un travail associatif pendant votre incapacité de travail ? C'est possible !

Vous êtes entraîneur du club de gym local ou signaleur lors d’une compétition sportive... ou vous bricolez chez votre voisin après le travail ? Tout ceci est possible, même pour les personnes en incapacité de travail. En plus, les autorités prévoient de vous indemniser. Nous avons dressé la liste des conditions.

Quelle indemnisation ?

Vous êtes entraîneur du club de foot local ? Alors vous avez droit à une indemnité. C’est aussi le cas si vous aidez occasionnellement votre voisin à construire sa nouvelle salle de bains : vous pouvez aussi officiellement réclamer de l’argent. L’indemnité* que vous pouvez recevoir ne peut pas s’élever à plus de 520,83 euros par mois. Il y a toutefois des exceptions à cette règle pour les activités à caractère saisonnier pour lesquelles l’indemnité mensuelle peut s’élever à 1.041,66 euros. 

Aussi pour les personnes en incapacité de travail...

Vous êtes en incapacité de travail ? Vous avez quand même le droit d’effectuer une activité associative. Si vous exerciez déjà cette activité avant votre incapacité de travail, le médecin-conseil déterminera si vous pouvez continuer à l’exercer. Il va donc examiner si votre état de santé le permet. Si c’est le cas, les revenus de votre travail associatif peuvent être cumulés avec vos indemnités d'incapacité de travail. Si vous n’exerciez pas encore cette activité avant votre incapacité de travail, il faut demander l’accord du médecin-conseil.

Plus d’infos ?

Contactez votre mutualité.

* Attention : il s’agit de montants indexables.
 

Autres articles

07 février 2020

18 nouveaux scanners IRM dans notre pays

Avez-vous déjà passé un scan CT ? C’est un examen qui comporte pourtant certains risques pour la santé. C'est pourquoi 18 nouveaux scanners IRM seront répartis sur l’ensemble du territoire. Ils devraient permettre à chacun de passer le bon examen à temps.
06 février 2020

Taux de cholestérol élevé : doit-on prendre des médicaments ou pas ?

Près d'un quart des Belges de plus de 40 ans prennent des statines pour faire baisser leur taux de cholestérol. Mais ces médicaments sont-ils toujours indiqués ? Le Centre fédéral d'Expertise des soins de santé (KCE) a mis au point un outil pour discuter des avantages et des inconvénients de ce traitement avec votre médecin.