ActuMalade
20 juin 2017

partagez

Un antirétroviral contre le HIV remboursé à titre préventif

Les personnes infectées par le HIV reçoivent un remboursement pour l'antirétroviral Truvada. Depuis le 1er juin 2017, ce remboursement s'étend aussi aux personnes qui ne sont pas contaminées, mais pour qui le risque est très élevé. Bien entendu, l’essentiel est de pouvoir offrir un encadrement correct à ces personnes. 

Homosexuels et les personnes issues de l'Afrique subsaharienne 

Les personnes qui courent un risque élevé d'infection au HIV pourront dès le 1er juin 2017 bénéficier d'un remboursement de l'antirétroviral Truvada utilisé à titre préventif. Quels sont les groupes ciblés par cette mesure ? Les deux principaux groupes à risques sont les homosexuels et les personnes provenant de l'Afrique subsaharienne. Une enquête a révélé que le risque d'infection s'élevait à 1 sur 20 chez les hommes homosexuels contre 1 sur 5.000 chez les hétéros. 

Empêcher jusqu'à 3.200 nouvelles infections

Avec cette mesure, le gouvernement souhaite empêcher de nouvelles infections. Le remboursement du Truvada à titre préventif devrait empêcher près de 3.200 infections d'ici 2023. Le remboursement est toutefois lié à plusieurs conditions importantes. Un médecin doit d'abord évaluer le risque d'infection et les personnes ciblées doivent également recevoir un accompagnement adéquat au sein d'un centre de référence HIV afin qu’elles reçoivent le suivi médical correct. Par ailleurs, il est essentiel que ces personnes prennent les mesures de précaution nécessaires, qu'elles suivent leur traitement correctement et qu'elles se fassent régulièrement tester pour s’assurer de ne pas avoir contracté le HIV ou une autre infection sexuellement transmissible.

Plus d'infos ?

Consultez le site de la Ministre de la Santé publique Maggie De Block !

 

Article tags:

Autres articles

09 octobre 2020

MyCareNet : une source fiable pour les autorisations de remboursement de médicaments

Certains médicaments sont soumis à des conditions de remboursement spécifiques. Si c’est le cas, vous devez obtenir l'accord préalable d'un médecin-conseil de votre mutualité. Lorsque vous recevez cette autorisation, elle est également enregistrée dans la base de données MyCareNet. En tant que patient, vous la recevez sur papier à titre purement informatif.