ActuMalade
02 août 2017

partagez

Trajet de réintégration : le généraliste peut aider les malades de longue durée à reprendre le travail

Depuis peu, les médecins généralistes peuvent également aider les malades de longue durée à reprendre le travail (adapté) grâce à un trajet de réintégration. Pour ce faire, ils peuvent désormais utiliser un nouvel outil numérique. 

Proche du patient

Jusqu'alors, seuls le conseiller en prévention et le médecin-conseil de la mutualité pouvaient lancer un trajet de réintégration pour un patient. Ceci fait à présent également partie des compétences du médecin généraliste. "Le médecin généraliste est le plus proche du patient et il est souvent le plus à même de déterminer, avec le patient malade de longue durée, si ce dernier est capable de reprendre le travail avec des conditions de travail adaptées",  selon la Ministre de la Santé publique Maggie De Block. Les médecins généralistes ont reçu un nouvel outil numérique qui leur permet d'ouvrir un dossier de réintégration.

Comment ça marche exactement ?

Prenons l'exemple d'un médecin qui souhaite aider un patient de longue durée à reprendre le travail dans les meilleures conditions. Il pourra alors, avec le nouvel outil, lancer un trajet de réintégration, en concertation avec ce patient. Ensemble, ils pourront dresser une liste de points d'attention, d’éléments médicaux et de possibilités d'emploi. Ce message sécurisé sera alors envoyé aux collègues médecins (médecin-conseil, médecin du travail de l'entreprise,...).

Plus d'infos ?

Consultez le site de la Ministre de la Santé publique Maggie De Block.

 

Autres articles

17 avril 2021

Campagne en faveur de la santé mentale des aînés

La crise du coronavirus nous rappelle chaque jour à quel point notre bien-être mental est important. C’est vrai aussi pour les personnes âgées, pour celles qui résident en maison de repos et de soins, mais également pour les personnes de plus de 65 ans actives et en bonne santé.
16 avril 2021

Les soins digitaux ont le vent en poupe

Grâce à la Covid-19, la digitalisation des soins de santé bénéficie d’un soutien plus large. Il suffit de penser aux consultations à distance et au suivi digital des patients. La marge de croissance du secteur reste pourtant encore énorme en Belgique. E-Health Valley prévoit d’ailleurs 20 millions d'euros pour soutenir les solutions digitales innovantes.