ActuMalade
02 février 2019

partagez

Traitement du cancer de la tête et du cou uniquement dans des hôpitaux expérimentés ?

A partir du 1er juillet 2019, seuls les hôpitaux qui pratiquent au moins 20 opérations par an pourront encore traiter le cancer de l'œsophage et du pancréas. Le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) demande à présent à faire de même pour le cancer de la tête et du cou.

Au moins 20 patients par an

Si les hôpitaux pratiquent au moins 20 opérations pour le cancer de l'œsophage et du pancréas, les chances de survie des patients sont nettement plus élevées. Le KCE a maintenant réalisé le même exercice pour le cancer de la tête et du cou et les résultats sont identiques. Les chances de survie passent de 4 à 5 ans si les patients sont traités dans des hôpitaux qui pratiquent au moins 20 opérations par an. Le KCE préconise également la centralisation du traitement du cancer de la tête et du cou dans des hôpitaux disposant de suffisamment d’expérience et d'expertise.

Soins dispersés

Actuellement, les soins pour les cancers de la tête et du cou sont loin d’être centralisés. Entre 2009 et 2014, plus de 9.000 patients ont été traités dans 99 hôpitaux différents. La moitié de ces hôpitaux traitait annuellement quatre patients ou moins atteints d'un cancer de la tête et du cou. En termes de diagnostic et de traitement de ces cancers complexes, le KCE a constaté qu'il reste une marge d’amélioration. Chaque hôpital recevra un rapport de feed-back avec ses résultats.

Plus d’infos ?

Consultez le site du KCE !

Autres articles

17 janvier 2020

Comment diminuer la fréquence du cancer du col de l'utérus ?

570.000 femmes dans le monde ont contracté un cancer du col de l'utérus en 2018. En Belgique, près de 1 % des femmes contractent la maladie avant l'âge de 75 ans. Dans une nouvelle étude, Sciensano a fait le point sur le cancer du col de l'utérus et demande un programme de prévention uniforme dans tout le pays.
16 décembre 2019

Jeunes femmes atteintes d'un cancer du sein : baisse de 10%

Selon les derniers chiffres du registre de la Fondation contre le Cancer, le nombre de femmes de moins de 50 ans qui reçoivent un diagnostic de cancer du sein a diminué de 10% par rapport à il y a 10 ans. Le cancer du sein demeure toutefois la forme de cancer la plus courante chez les femmes.