Actu Malade
07 février 2017

partagez

Tous les examens préopératoires sont-ils toujours nécessaires ?

Radiographie du thorax, analyse de sang, électrocardiogramme,... Avant une opération, un patient doit souvent passer toute une série d’examens. Mais sont-ils toujours indiqués ? Le Centre fédéral d'Expertise des Soins de santé (KCE) s’est posé la question dans une nouvelle étude.

15 examens testés

Le KCE a examiné quels tests les médecins devraient ou ne devraient pas réaliser avant une opération non urgente. Les chercheurs en ont passé 15 au crible. Selon le patient et l'opération, les examens suivants se révèlent en effet indiqués : examens cardiaques, analyses de sang et d'urine. Certains examens ont toutefois plus d'inconvénients que d'avantages. 

La radiographie du thorax en est un bel exemple. Elle donne peu d'informations quant aux éventuelles complications et expose le patient aux irradiations nocives. Les tests de sommeil, de la fonction hépatique,... ne sont pas non plus systématiquement nécessaires avant chaque opération. 

Appli pour les prestataires de soins et les patients

Pour mettre ces résultats en pratique, le KCE a développé une appli pour les prestataires de soins impliqués dans la préparation d'une opération et/ou dans l'opération en tant que telle. L'appli peut également être un outil pratique pour les patients, leur famille, les directions d'hôpitaux et les décideurs politiques. Elle leur permet de vérifier simplement quels examens sont nécessaires à quel moment. 



Autres articles

17 avril 2021

Campagne en faveur de la santé mentale des aînés

La crise du coronavirus nous rappelle chaque jour à quel point notre bien-être mental est important. C’est vrai aussi pour les personnes âgées, pour celles qui résident en maison de repos et de soins, mais également pour les personnes de plus de 65 ans actives et en bonne santé.
16 avril 2021

Les soins digitaux ont le vent en poupe

Grâce à la Covid-19, la digitalisation des soins de santé bénéficie d’un soutien plus large. Il suffit de penser aux consultations à distance et au suivi digital des patients. La marge de croissance du secteur reste pourtant encore énorme en Belgique. E-Health Valley prévoit d’ailleurs 20 millions d'euros pour soutenir les solutions digitales innovantes.