ActuMalade
07 février 2017

partagez

Tous les examens préopératoires sont-ils toujours nécessaires ?

Radiographie du thorax, analyse de sang, électrocardiogramme,... Avant une opération, un patient doit souvent passer toute une série d’examens. Mais sont-ils toujours indiqués ? Le Centre fédéral d'Expertise des Soins de santé (KCE) s’est posé la question dans une nouvelle étude.

15 examens testés

Le KCE a examiné quels tests les médecins devraient ou ne devraient pas réaliser avant une opération non urgente. Les chercheurs en ont passé 15 au crible. Selon le patient et l'opération, les examens suivants se révèlent en effet indiqués : examens cardiaques, analyses de sang et d'urine. Certains examens ont toutefois plus d'inconvénients que d'avantages. 

La radiographie du thorax en est un bel exemple. Elle donne peu d'informations quant aux éventuelles complications et expose le patient aux irradiations nocives. Les tests de sommeil, de la fonction hépatique,... ne sont pas non plus systématiquement nécessaires avant chaque opération. 

Appli pour les prestataires de soins et les patients

Pour mettre ces résultats en pratique, le KCE a développé une appli pour les prestataires de soins impliqués dans la préparation d'une opération et/ou dans l'opération en tant que telle. L'appli peut également être un outil pratique pour les patients, leur famille, les directions d'hôpitaux et les décideurs politiques. Elle leur permet de vérifier simplement quels examens sont nécessaires à quel moment. 



Autres articles

05 novembre 2020

Vaccin contre la grippe : priorité aux personnes les plus vulnérables

Le vaccin contre la grippe devait être délivré en deux étapes cette année. Au cours de la première phase, la priorité a été donnée, entre autres, aux groupes à risque et aux personnes travaillant dans le secteur de la santé. Il a été décidé que la deuxième phase, qui s'adressait au reste de la population et devait commencer le 15 novembre, serait annulée.
05 novembre 2020

Covid-19 : quand se faire tester ?

Depuis le 21 octobre 2020, les autorités ont adapté la stratégie de testing du Covid-19. Seules les personnes présentant des symptômes qui pourraient indiquer une contamination au Covid-19 seront encore testées. Les personnes qui reviennent de voyage et celles qui ont été en contact rapproché avec une personne infectée mais qui ne présentent elles-mêmes aucun symptôme ne seront plus systématiquement soumises à un test. La raison ? Les capacités de test disponibles sont actuellement insuffisantes.