partagez

Un thé au miel ou une visite chez le médecin

Vous êtes du genre à vous précipiter chez le médecin si vous ne vous sentez pas bien, ou plutôt à laisser le temps à votre organisme de se rétablir ? Cette solution fonctionne aussi face à certains désagréments. “Il est temps que nous apprenions à écouter un peu plus ce que nous dit notre corps”, selon le docteur Linde Tilley, médecin généraliste à Gand. 
Un thé au miel ou une visite chez le médecin

Médicalisation 

Un thé au miel pour les maux de gorge, un grog pour atténuer la sensation de grippe ou un bouillon de poulet contre les crampes d'estomac... Le placard de grand-mère contenait toutes sortes de palliatifs. “Et ce n'était pas si mal”, estime le Dr Tilley. “Il y a 70 ans, les gens étaient capables de juger quand il était préférable d'aller chez le médecin et quelles affections disparaîtraient d'elles-mêmes. Mais la sagesse populaire du passé a disparu et à sa place s’est installée une culture de la médicalisation”. Cela signifie que nous avons associé le terme de maladie à de nombreuses évolutions physiques normales, dont nous espérons que le monde médical pourra les résoudre.” 

Pas le temps d'être malade 

“A cela s’ajoute la génération actuelle qui veut être performante à 100 % tous les jours, dans tous les domaines”, ajoute le Dr Tilley. “Nous voulons être performants à 100 % au travail, nous avons nos responsabilités familiales, nous avons aussi un vaste réseau social, nous ne devons pas oublier de faire de l'exercice deux fois par semaine... Bref, l'agenda se remplit et notre barre énergétique se vide. »Se sentir malade ne s'inscrit pas dans un emploi du temps aussi chargé”. Tout comme un enfant malade n'a pas sa place dans cet horaire. “Souvent, les parents viennent voir le médecin de famille pour lui demander de leur prescrire quelque chose pour remettre sur pied le plus vite possible leur enfant qui tousse”, explique le Dr Tilley. “Mais il est normal que les jeunes enfants soient souvent malades. C'est comme ça qu'ils construisent leur immunité.” 

Ignorer les symptômes liés aux tensions

Supposons que vous vous leviez avec un mal de tête et que vous développiez un rhume. Comment réagir ? “Certaines personnes sont douées pour écouter leur corps et savoir quand c'est trop”, explique le Dr Tilley. “Mais d'autres ignoreront les signaux de leur corps. Elles continuent à travailler, malgré les symptômes qui trahissent un besoin de repos. Une maladie infectieuse soudaine peut montrer que votre résistance est moindre. Mais d'autres troubles physiques, comme les douleurs au cou ou au dos, peuvent également indiquer que l'approvisionnement en énergie du corps diminue. C’est alors que vous devriez vous reposer. Décidez de ne pas passer votre journée à 100 km/h, mais de rester au lit pendant une journée et de laisser votre corps récupérer”. Selon le Dr Tilley, c'est aussi une tâche importante pour les médecins généralistes. “Nous devons coacher les gens : leur faire comprendre que ce n'est pas un comprimé qui est nécessaire mais que leur corps essaie de leur dire quelque chose. Parfois, des changements structurels sont nécessaires. En prenant bien soin de vous, un rhume guérit. Si vous faites les exercices appropriés, les douleurs au cou et au dos peuvent disparaître. Mais cela demande un effort, et mérite que les médecins généralistes se concentrent davantage sur cet aspect à l'avenir”. 

Chez soi sans certificat médical 

Mais quelques jours de récupération signifient aussi quelques jours d'indisponibilité pour l’employeur. Nous n'avons souvent pas d'autre choix que de consulter notre médecin traitant et de lui demander un certificat médical. “C'est quelque chose à quoi nous devons réfléchir en Belgique”, dit le Dr Tilley. “Aux Pays-Bas, les gens sont autorisés à juger par eux-mêmes s'ils doivent rester à la maison pour cause de maladie. Ils n'ont pas besoin d'un mot du médecin. Beaucoup de maladies disparaissent d'elles-mêmes. C'est dommage qu'il n'y ait pas de flexibilité au travail. Se reposer quand on ne se sent pas bien devrait être beaucoup plus acceptable socialement. En Belgique, l'absentéisme (les personnes qui s'absentent parce qu'elles sont malades) est inférieur au présentéisme (les personnes qui viennent travailler malades). Cela prouve que les travailleurs sont vraiment engagés. 

Le déséquilibre des travailleurs à domicile 

On remarque aussi qu'en cette année de coronavirus, où le travail à domicile est devenu la norme, de plus en plus de personnes ont du mal à trouver un équilibre pour leur santé, note le Dr Tilley : “Parce que les gens travaillent beaucoup à domicile, ils ont encore plus de mal à admettre qu'ils ne se sentent pas bien et ne peuvent pas travailler. C'est dommage. En tant que société, nous devons oser nous poser la question suivante : est-il vraiment nécessaire que nous soyons performants à 100 % tous les jours ? Avec un mauvais rhume, vous pouvez lire quelques e-mails, mais vous ne fonctionnerez pas de la même manière que si vous étiez en pleine forme”. 

Quand consulter un médecin ? 

Dr. Tilley : “Vous devriez consulter un médecin si vous avez des doutes sur la gravité de votre état ou si vous remarquez qu'une maladie se répète et vous gêne dans votre fonctionnement quotidien. Dans ce cas, vous pouvez examiner avec votre médecin quelles actions préventives peuvent aider, par exemple, à avoir moins de rhumes ou moins de douleurs menstruelles. Mais c'est une conversation différente : non pas réactive, mais préventive”. Le Dr Tilley souligne que les gens peuvent aussi s’adresser à leur généraliste en cas de problèmes de santé mentale. “Ces derniers mois ont été très durs mentalement pour beaucoup de gens qui ont du mal à trouver un équilibre mental. De nombreuses personnes souffrent de découragement, d'anxiété ou d'exacerbations de troubles psychologiques sous-jacents. Elles peuvent chercher des solutions avec leur médecin généraliste ”. 

 

 

Des symptômes du Covid ? Allez chez le médecin !

La plupart des gens ne souffrent pas beaucoup du coronavirus et peuvent se rétablir à la maison. Mais le virus est dangereux pour certains groupes de personnes et très contagieux. C'est pourquoi vous devez consulter un médecin pour effectuer un test si vous présentez des symptômes en relation avec le coronavirus (comme de la toux, un rhume, un mal de tête, etc.). C’est nécessaire pour contenir la pandémie et pour aider à protéger votre entourage.

 

 

Autres articles

03 décembre 2021

Bientôt une dose "booster" pour tous les adultes

La décision vient d’être approuvée par la Conférence Interministérielle Santé publique : après les groupes prioritaires, le reste de la population adulte sera invité à recevoir un vaccin "booster" à ARN messager. 
29 novembre 2021

Nez qui coule, fatigue, toux… Devez-vous faire un test ?

L’automne et le froid ambiant marquent le retour des refroidissements. Mais est-ce un gros rhume ou la Covid-19 ? Dois-je vraiment faire un test ou n’est-ce pas indiqué dans mon cas ? Il n’est peut-être pas nécessaire de déranger votre médecin : faites une évaluation en ligne !  
23 novembre 2021

L'impact du coronavirus sur la mutualité

Les chiffres du coronavirus ne cessent d'augmenter. En tant que mutualité, nous en subissons aussi très durement l'mpact. De plus en plus de personnes tombent malades, ce qui signifie que nos collaborateurs doivent traiter davantage de documents. Il suffit de penser au remboursement des frais médicaux, au traitement des indemnités et des accords médicaux. Le coronavirus affecte malheureusement aussi nos collaborateurs, ce qui fait que nous devons absorber plus de travail avec moins de personnel, et que nous sommes moins disponibles par téléphone. Vous avez peut-être remarqué que les temps d'attente augmentent lorsque vous nous appelez.

Nous travaillons à notre accessibilité : ces derniers mois, nous avons déjà recruté 31 nouveaux collaborateurs pour renforcer nos équipes et nous prévoyons d'en embaucher 10 autres dans un avenir proche. Pour que vous puissiez compter sur le service que vous êtes en droit d'attendre de notre part. Nous vous remercions de votre compréhension.

DERNIERE MISE A JOUR : mardi 23 novembre 2021 (poursuivez votre lecture sous la photo)