ActuMalade
28 novembre 2019

partagez

Quels sont nos besoins en matière de soins de santé mentale ?

Les soins de santé mentale répondent-ils à nos besoins ? C’est ce qu’a voulu vérifier le Centre fédéral d’Expertise des Soins de santé (KCE) dans une nouvelle étude. Cela s'est toutefois avéré impossible, car il n'existe pas de chiffres fiables sur ces besoins. 

Manque de clarté

En raison de ce grand manque de clarté sur les besoins des Belges en matière de soins de santé mentale, la principale recommandation politique du KCE est évidente : prévoir des systèmes d'encodage pour cartographier les problèmes de soins de santé mentale. L'offre et l'utilisation des soins, leur qualité et leurs coûts doivent également être clarifiés. Ce n'est qu'ainsi que nous pourrons vérifier si l'offre actuelle de soins est suffisante et si toutes les personnes souffrant de troubles mentaux reçoivent les soins dont elles ont besoin.

Besoin de points d’information accessibles

En Belgique, l’éventail des soins de santé mentale est étendu, mais aussi très complexe. A tel point que les citoyens, les prestataires de soins et les responsables politiques s’y perdent. C'est pourquoi le KCE demande plusieurs formes de points d'information facilement accessibles, par exemple des médecins généralistes, des maisons médicales, des CPAS, etc. De plus, les soins de santé mentale doivent être renforcés dans l’environnement proche des patients et devenir plus accessibles financièrement. 

Plus d'infos ? 

Consultez le site du KCE.
 

Autres articles

28 mars 2020

Un code pour aller chercher vos médicaments

On n’est jamais trop prudent face au coronavirus. C'est pourquoi les prestataires de soins de santé organisent des consultations téléphoniques. Mais que faire si vous avez besoin d'une ordonnance ? Pour prévenir la propagation du virus, votre médecin vous donnera le code de la prescription.
27 mars 2020

Coronavirus : ne faites pas de réserve inutile de médicaments

De nombreuses personnes se sont précipitées dans les pharmacies pour acheter des médicaments en vente libre en grande quantité. Pour l’instant, les stocks chez les grossistes sont encore suffisants, mais l’AFMPS appelle néanmoins les citoyens à ne pas constituer de réserves inutiles afin de ne pas provoquer de pénurie.