Quels examens réaliser?

Un seul examen ne suffit pas pour poser un diagnostic, car une hypersensibilité peut survenir avec différents aliments, dans différents organes et parfois dans des circonstances particulières. De plus, les symptômes ne sont pas spécifiques. 
Quels examens réaliser?

Comment déterminer au mieux si vous souffrez ou non d’une allergie alimentaire?

La combinaison d’une anamnèse alimentaire, d’un examen immunologique et d’une élimination/provocation offre la meilleure chance d’avoir un diagnostic correct. Lors d’une anamnèse alimentaire, vous devez noter tout ce que vous mangez pendant quelques jours. Tout problème doit être mentionné. Cela permet d’identifier la cause potentielle.

En cas de suspicion d’allergie alimentaire, un examen immunologique est réalisé. Il s’agit souvent d’un test cutané et d’un examen sérologique. Tout cela peut être facilement confirmé par un test d’élimination/provocation. Lors de l’élimination, l’aliment suspect est complètement supprimé de l’alimentation. Ce test doit être poursuivi jusqu’à ce que les réactions allergiques aient disparu.

En l’absence d’amélioration et si le régime est bien suivi, vous pouvez déjà exclure un aliment. Si les réactions ont disparu, la provocation est réalisée. Les aliments suspectés sont réintroduits un par un, sous contrôle médical. Quand les réactions réapparaissent avec un aliment déterminé, vous savez que vous devrez faire très attention par la suite concernant sa consommation.

Autres articles

17 janvier 2020

Un médicament est-il disponible ? Vérifiez-le avec PharmaStatut

Vous voulez vérifier si un médicament spécifique est disponible ou non ? C’est possible grâce à PharmaStatut, une nouvelle application en ligne de l'Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS). Cette application reprend des informations complètes et actualisées sur tous les médicaments autorisés dans notre pays. 
17 décembre 2019

Près d'1 jeune enfant sur 4 prend au moins 1 médicament contre l'asthme

Près d’un quart des enfants de 2 à 6 ans prend au moins 1 médicament contre l'asthme. Heureusement, chez les enfants et les adolescents âgés de 7 à 18 ans, ce nombre passe à un peu moins de 1 sur 10. Les Mutualités Libres demandent qu'une plus grande attention soit accordée à la prévention des maladies respiratoires.