Actu Malade
15 mars 2016

partagez

Près de 84 % des médecins sont conventionnés

Le nombre de médecins conventionnés est désormais connu : ils seront près de 84 % à appliquer les tarifs conventionnés en 2016. Peu de changements par rapport à 2015 : l'adhésion des généralistes reste la même et celle des spécialistes est en légère augmentation.

Accord médico-mutualiste 

Chaque année, les médecins généralistes et spécialistes ont la possibilité de décider s'ils adhèrent ou s'ils refusent l'accord médico-mutualiste. Celui-ci est conclu entre les représentants des médecins et ceux des mutualités et il fixe notamment les tarifs maximum qu’un médecin conventionné peut demander à son patient. Pour 2016, près de 84 % des médecins y ont adhéré et s'engagent donc à appliquer les tarifs conventionnés entièrement ou de manière partielle.

Par spécialité et région  

Globalement, les pourcentages varient peu par rapport à ceux de l’accord précédent.L’adhésion des médecins généralistes reste la même. L’adhésion des médecins spécialistes augmente légèrement (+0,34 %). C'est à Bruxelles qu'on trouve le moins de médecins conventionnés : 81 % contre environ 84 % en Flandre et Wallonie. Parmi les spécialités les plus "conventionnées", on trouve la gériatrie, la biologie clinique, l’oncologie, la radiothérapie, la médecine nucléaire, la médecine interne et l’endocrino-diabétologie, l’anatomo-pathologie, la pneumologie et l’anesthésie-réanimation. Du côté des spécialités les moins "conventionnées", on trouve notamment la dermato-vénérologie, la chirurgie plastique et l’ophtalmologie.>

Plus d'info

Retrouvez les résultats détaillés sur www.inami.be

Autres articles

17 avril 2021

Campagne en faveur de la santé mentale des aînés

La crise du coronavirus nous rappelle chaque jour à quel point notre bien-être mental est important. C’est vrai aussi pour les personnes âgées, pour celles qui résident en maison de repos et de soins, mais également pour les personnes de plus de 65 ans actives et en bonne santé.
16 avril 2021

Les soins digitaux ont le vent en poupe

Grâce à la Covid-19, la digitalisation des soins de santé bénéficie d’un soutien plus large. Il suffit de penser aux consultations à distance et au suivi digital des patients. La marge de croissance du secteur reste pourtant encore énorme en Belgique. E-Health Valley prévoit d’ailleurs 20 millions d'euros pour soutenir les solutions digitales innovantes.