ActuMalade
15 mars 2016

partagez

Près de 84 % des médecins sont conventionnés

Le nombre de médecins conventionnés est désormais connu : ils seront près de 84 % à appliquer les tarifs conventionnés en 2016. Peu de changements par rapport à 2015 : l'adhésion des généralistes reste la même et celle des spécialistes est en légère augmentation.

Accord médico-mutualiste 

Chaque année, les médecins généralistes et spécialistes ont la possibilité de décider s'ils adhèrent ou s'ils refusent l'accord médico-mutualiste. Celui-ci est conclu entre les représentants des médecins et ceux des mutualités et il fixe notamment les tarifs maximum qu’un médecin conventionné peut demander à son patient. Pour 2016, près de 84 % des médecins y ont adhéré et s'engagent donc à appliquer les tarifs conventionnés entièrement ou de manière partielle.

Par spécialité et région  

Globalement, les pourcentages varient peu par rapport à ceux de l’accord précédent.L’adhésion des médecins généralistes reste la même. L’adhésion des médecins spécialistes augmente légèrement (+0,34 %). C'est à Bruxelles qu'on trouve le moins de médecins conventionnés : 81 % contre environ 84 % en Flandre et Wallonie. Parmi les spécialités les plus "conventionnées", on trouve la gériatrie, la biologie clinique, l’oncologie, la radiothérapie, la médecine nucléaire, la médecine interne et l’endocrino-diabétologie, l’anatomo-pathologie, la pneumologie et l’anesthésie-réanimation. Du côté des spécialités les moins "conventionnées", on trouve notamment la dermato-vénérologie, la chirurgie plastique et l’ophtalmologie.>

Plus d'info

Retrouvez les résultats détaillés sur www.inami.be

Autres articles

07 août 2020

Des actions coordonnées & en équipe pour lutter contre le Covid-19

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19, le tracing des contacts est à nouveau sous le feu des projecteurs. Il a été dit qu’au niveau flamand les mutualités auraient ralenti les initiatives locales visant à améliorer le tracing des contacts en cas d'infection au coronavirus. Ceci aurait été fait afin de favoriser leurs propres activités. C’est pourtant le contraire. En effet, nous croyons fermement à la force complémentaire des actions locales.
16 juillet 2020

Dépistage, consultations, vaccination… reprenez les bonnes habitudes !

Pendant la crise du coronavirus, de nombreux soins médicaux ont été reportés à plus tard. Priorité aux patients sévèrement atteints par la maladie. Maintenant que la crise est, nous l’espérons, derrière nous, il est temps de reprendre sa santé en mains et faire le point sur les bilans médicaux et dépistages à programmer cet été.