ActuMalade
15 mars 2018

partagez

Pas plus de 5.000 euros de suppléments d'honoraires pour un enfant gravement malade

Les hôpitaux ne pourront bientôt plus facturer des suppléments d'honoraires dépassant 5.000 euros pour les enfants gravement malades en chambre particulière. C’est en effet ce qui a été convenu dans l’accord médico-mutualiste 2018-2019 sur les tarifs.

Suppléments d’honoraires en constante augmentation

Selon les chiffres de l’Agence Intermutualiste (AIM), les suppléments d'honoraires dans les hôpitaux ont augmenté de 6,5 % entre 2006 et 2015. En 2015, 7.037 patients devaient débourser plus de 5.000 euros, en plus des honoraires remboursés. 1.149 d’entre eux ont reçu une facture d’environ 10.000 euros et chez 16 d’entre eux, elle s’élevait même à plus de 30.000 euros.

A la demande de la ministre De Block, ce point a été repris dans l’accord médico-mutualiste 2018-2019 sur les tarifs. Cet accord précise que les hôpitaux ne pourront plus facturer plus de 5.000 euros de suppléments pour les enfants gravement malades en chambre particulière.

Aussi pour d’autres groupes sensibles

Pour l’AIM, ce plafond de 5.000 euros doit également être appliqué à d’autres groupes sensibles. "Pour les autres groupes, des propositions sont attendues pour le 30 juin. Nous pensons aux patients transplantés, aux affections rares et aux polytraumatisés". Il a également été convenu avec les médecins que les suppléments d'honoraires n’augmenteront pas cette année ni l’année prochaine.
 

Autres articles

Hospitalia Continuité : votre filet de sécurité si l’assurance hospitalisation de votre travail prend fin

Une opération, un accouchement, une hospitalisation en cas de maladie … Le risque que vous et les vôtres soyez confrontés à une hospitalisation ne doit pas être sous-estimé. Les frais grimpent très vite, ce qui fait qu’une assurance hospitalisation ne constitue pas un luxe superflu. Nous sommes nombreux à bénéficier de cet avantage par l’intermédiaire de notre travail. Et cet avantage est tout aussi intéressant pour votre partenaire et/ou vos enfants. Mais qu’arrivera-t-il si l’assurance hospitalisation de votre employeur prend fin, par ex. en cas de perte d’emploi ou de départ à la pension ?