ActuMalade
28 novembre 2019

partagez

Où trouver le défibrillateur le plus proche ? Utilisez Reanim !

Vous êtes témoin d'un arrêt cardiaque et voulez réagir rapidement ? La nouvelle application Reanim de la Ligue Cardiologique Belge vous indique où se trouve le défibrillateur le plus proche et vous aide également à administrer les premiers soins.

Comment utiliser Reanim ?

Réagir rapidement et efficacement en cas d'arrêt cardiaque, cela ne va pas de soi. C'est pourquoi la Ligue Cardiologique Belge a développé Reanim. Cette application est disponible sur iPhone et Android et vous aide à :

  • trouver le défibrillateur le plus proche: l'application cartographie tous les défibrillateurs de Belgique.
  • appeler les secours: vous pouvez contacter les secours (112) d’un simple clic.
  • administrer les premiers soins: avec de simples vidéos et photos, l'application vous guide à travers les différentes étapes pour sauver une vie.

Meilleures chances de survie

En cas d'arrêt cardiaque, la fonction de pompage du cœur et la circulation du sang sont interrompues. Sans aide extérieure, seule une victime sur dix y survit. Les chances de survie seraient toutefois 2 à 4 fois plus élevées si la victime est réanimée. Et si un choc électrique est administré par défibrillateur dans les trois premières minutes, le taux de survie pourrait même atteindre 75 %.

Plus d'infos ? 

Consultez le site de la Ligue Cardiologique Belge.

Autres articles

17 janvier 2020

Un médicament est-il disponible ? Vérifiez-le avec PharmaStatut

Vous voulez vérifier si un médicament spécifique est disponible ou non ? C’est possible grâce à PharmaStatut, une nouvelle application en ligne de l'Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS). Cette application reprend des informations complètes et actualisées sur tous les médicaments autorisés dans notre pays. 
17 décembre 2019

Près d'1 jeune enfant sur 4 prend au moins 1 médicament contre l'asthme

Près d’un quart des enfants de 2 à 6 ans prend au moins 1 médicament contre l'asthme. Heureusement, chez les enfants et les adolescents âgés de 7 à 18 ans, ce nombre passe à un peu moins de 1 sur 10. Les Mutualités Libres demandent qu'une plus grande attention soit accordée à la prévention des maladies respiratoires.