ActuMalade
05 avril 2017

partagez

9 jours de moins avec le nouveau certificat d'incapacité de travail

Est-il possible de réduire la durée de l'incapacité de travail en mentionnant une date de fin sur le certificat ? La nouvelle étude réalisée par les Mutualités Libres le confirme. Depuis l'introduction de ce nouveau certificat en janvier 2016, la durée moyenne d'une incapacité de travail a diminué de 9 jours.

L'importance de la date de fin

Depuis le 1er janvier 2016, les médecins doivent mentionner une date de fin sur le certificat d'incapacité de travail. Cette mesure devait notamment permettre de réduire la durée d'une incapacité de travail.

Qu'en est-il réellement ? Depuis l'introduction de ce nouveau certificat, la durée moyenne d'une incapacité de travail a en effet reculé de 9 jours. Autre conséquence de cette mesure : l'augmentation du nombre de certificats, passé de 7.000 par mois en 2014 et 2015 à 17.000 en 2016. Cette hausse entraîne des surcoûts, mais la durée réduite de l'incapacité de travail se traduit par une diminution des dépenses. Les Mutualités Libres s'attendent donc à ce que cette mesure soit financièrement avantageuse pour l'assurance maladie.

Un meilleur suivi et un retour plus rapide au travail

Les Mutualités Libres se réjouissent de cette mesure. Le médecin traitant peut assurer un meilleur suivi du patient, ce qui a un impact positif sur la durée de l'incapacité et le retour au travail. Différentes études ont déjà démontré que plus l'incapacité de travail est longue, plus il est difficile de reprendre le fil de la vie professionnelle. 

Autres articles

24 novembre 2020

Antibiotiques : utilisez-les à bon escient

La Belgique est l'un des pays d'Europe où la consommation d’antibiotiques est la plus élevée. Ceux-ci sont nécessaires, mais leur utilisation excessive entraîne l'émergence de bactéries multirésistantes dangereuses. 
05 novembre 2020

Vaccin contre la grippe : priorité aux personnes les plus vulnérables

Le vaccin contre la grippe devait être délivré en deux étapes cette année. Au cours de la première phase, la priorité a été donnée, entre autres, aux groupes à risque et aux personnes travaillant dans le secteur de la santé. Il a été décidé que la deuxième phase, qui s'adressait au reste de la population et devait commencer le 15 novembre, serait annulée.