ActuMalade
19 octobre 2018

partagez

Une meilleure qualité de vie pour les diabétiques grâce aux capteurs de glucose

Les capteurs permettant de surveiller la glycémie améliorent considérablement la qualité de vie des personnes souffrant de diabète de type 1. Telle est la conclusion d’une étude réalisée par plusieurs hôpitaux et universités belges. En 2016, le gouvernement fédéral a également décidé de rembourser ce système.

Fonctionnement ?

Auparavant, les personnes atteintes de diabète de type 1 devaient surveiller leur glycémie à l'aide d'une piqûre de doigt classique. Les capteurs de glucose leur offrent toutefois beaucoup plus de confort et permettent un meilleur suivi. Il leur suffit d’attacher un capteur contenant une minuscule aiguille sur leur bras ou leur abdomen. Leurs valeurs de glycémie sont ainsi enregistrées en continu et les résultats sont faciles à lire sur un appareil spécial ou une application sur smartphone.

Meilleur contrôle et plus de confort

Ces capteurs font partie du traitement dans un centre du diabète reconnu. Les personnes atteintes de diabète de type 1 obtiennent un remboursement complet de leurs capteurs et celles qui souffrent de diabète de type 2 peuvent les acheter à un prix très réduit. L'utilité des capteurs est prouvée par les chiffres d'une étude réalisée par plusieurs hôpitaux et universités belges :

  • Le nombre de patients ayant une glycémie bien maîtrisée est passé de 23 % à 33 % en un an.
  • Le nombre de patients devant être hospitalisés en raison d'un dérèglement de la glycémie est passé de 16 % à 4 %.
  • Le nombre de patients qui ont dû rester à la maison en raison de leur maladie est passé de 123 à 36.

Plus d’infos ?

Consultez le site de la ministre de la Santé publique Maggie De Block !

Découvez nos remboursements pour le diabète.

Autres articles

17 février 2019

Diminution des amputations chez les diabétiques en 10 ans

Il y a 10 ans, on pratiquait 7 fois plus d’amputations totales du pied chez les patients diabétiques que dans le reste de la population. Heureusement, le nombre d'opérations a diminué d'un tiers depuis lors. C'est la conclusion d'une nouvelle étude de l'Agence InterMutualiste (IMA).