ActuMalade
17 mars 2017

partagez

Les personnes à faibles revenus reportent plus souvent la visite chez le médecin

Une étude réalisée auprès de 70.000 patients originaires de 31 pays européens, dont la Belgique, révèle que 15 % de la population européenne reporte parfois une visite chez le médecin. Il s'agit principalement de personnes à faibles revenus, peu formées ou issues de l'immigration.

Un lien flagrant

Pour cette étude, les enquêteurs ont visité les salles d'attente de médecins dans 31 pays européens. Ils ont interrogé 70.000 patients et leur ont notamment demandé s'ils avaient reporté des soins médicaux lors de l'année écoulée. C'était effectivement le cas pour environ 15 % d’entre eux, toutes raisons confondues. Il s'agissait principalement de personnes à faibles revenus, peu formées ou issues de l'immigration. "Elles sont fragiles et plus enclines à reporter les soins", explique Jens Detollenaere de l'unité de recherche Médecine générale de l'Université de Gand.

Rôle des autorités

Selon les chercheurs, les autorités ont un rôle important à jouer pour faire baisser ces statistiques. Dans les pays où les soins de santé sont facilement accessibles, le pourcentage de gens qui reportent des soins pour des raisons financières est effectivement plus faible. Les connaissances de la population en matière de santé entrent aussi en ligne de compte. "L'enquête montre que bien souvent, les groupes vulnérables ne savent pas où s'adresser en cas de problèmes de santé ou ignorent comment le système de santé fonctionne", selon Jens Detollenaere.


Article tags:

Autres articles

24 novembre 2020

Antibiotiques : utilisez-les à bon escient

La Belgique est l'un des pays d'Europe où la consommation d’antibiotiques est la plus élevée. Ceux-ci sont nécessaires, mais leur utilisation excessive entraîne l'émergence de bactéries multirésistantes dangereuses. 
05 novembre 2020

Vaccin contre la grippe : priorité aux personnes les plus vulnérables

Le vaccin contre la grippe devait être délivré en deux étapes cette année. Au cours de la première phase, la priorité a été donnée, entre autres, aux groupes à risque et aux personnes travaillant dans le secteur de la santé. Il a été décidé que la deuxième phase, qui s'adressait au reste de la population et devait commencer le 15 novembre, serait annulée.