ActuMalade
17 octobre 2019

partagez

Les Mutualités Libres veulent réduire le taux d'invalidité de 20 % d'ici 2025

Les Mutualités Libres veulent tout mettre en œuvre pour réduire de 20 % le taux de personnes en invalidité d'ici 2025. Comment atteindre cet objectif ambitieux ? A l'occasion de leur symposium, elles ont réuni tous les acteurs concernés pour réfléchir aux solutions possibles.

Quelles solutions ?

Tout d’abord et avant tout, une meilleure communication est nécessaire entre les prestataires de soins rassemblés autour du patient : le médecin-conseil de la mutualité, le médecin du travail et le médecin traitant. Par ailleurs, nous avons besoin d’une plus grande responsabilisation des employeurs en matière de bien-être au travail et de réinsertion professionnelle.

Selon les Mutualités Libres, nous devons en finir avec le préjugé selon lequel une personne en invalidité ne peut plus rien faire. Il est important de mettre l’accent sur les capacités restantes des malades de longue durée et sur leur accompagnement pendant le trajet de réintégration.

Reprendre le travail : quels facteurs de succès ?

Employeurs, patients, médecins du travail, médecins généralistes, médecins-conseils, le cabinet de la Ministre De Block... Tous participent au symposium des Mutualités Libres pour réfléchir ensemble à cette question cruciale : "Reprendre le travail : quels sont les facteurs de succès ?". Vous ne pouvez pas assister à cet événement ? Ne vous inquiétez pas, vous pouvez suivre le symposium intégralement sur notre page Twitter.

Plus d’infos

Surfez sur www.mloz.be 

 

Autres articles

17 avril 2021

Campagne en faveur de la santé mentale des aînés

La crise du coronavirus nous rappelle chaque jour à quel point notre bien-être mental est important. C’est vrai aussi pour les personnes âgées, pour celles qui résident en maison de repos et de soins, mais également pour les personnes de plus de 65 ans actives et en bonne santé.
16 avril 2021

Les soins digitaux ont le vent en poupe

Grâce à la Covid-19, la digitalisation des soins de santé bénéficie d’un soutien plus large. Il suffit de penser aux consultations à distance et au suivi digital des patients. La marge de croissance du secteur reste pourtant encore énorme en Belgique. E-Health Valley prévoit d’ailleurs 20 millions d'euros pour soutenir les solutions digitales innovantes.