ActuMalade
15 mars 2018

partagez

Les frais de reconstruction mammaire remontent en flèche

Lorsque les médecins utilisent une nouvelle technique telle que le lipofilling pour reconstruire un sein après un cancer, le prix pour la patiente peut grimper jusqu’à près de 5.000 euros. Kom op tegen Kanker, une association flamande, en a été avertie par plusieurs personnes et tire à présent la sonnette d’alarme. 

Lipofilling

Fin 2016, les autorités, mutualités et chirurgiens plasticiens avaient conclu un accord sur les suppléments esthétiques en cas de reconstructions mammaires autologues. Aujourd’hui, c’est une nouvelle technique, le lipofilling, qui peut coûter très cher aux patientes. Il faut en effet compter jusqu’à 1.200 euros par session. Le lipofilling (ou lipomodelage) consiste concrètement en 4 sessions d’injection de cellules graisseuses (prélevées par liposuccion) dans le sein. Lorsqu'une reconstruction mammaire autologue ne fait plus partie des possibilités, le lipofilling est la seule solution. 

"Pas d’obstacles financiers"

Pour Kom op tegen Kanker, un seuil financier si élevé est inacceptable. L’organisation a dès lors présenté plusieurs propositions aux autorités et chirurgiens plasticiens. Notamment la reconnaissance de certaines cliniques du sein en tant que "centres d’expertise et d’innovation" qui doivent disposer d'un budget pour effectuer des recherches et introduire de nouvelles techniques. S’il s’avère qu’une technique spécifique apporte une plus-value, un remboursement par l’assurance maladie doit être prévu selon Kom op tegen Kanker.

Important

Vous êtes affilié à Hospitalia (Plus) ? Vérifiez avant l’intervention si vous pouvez recevoir un remboursement en cas de lipofilling. Cette précaution vous évitera d’éventuelles surprises désagréables.

Autres articles

17 janvier 2020

Comment diminuer la fréquence du cancer du col de l'utérus ?

570.000 femmes dans le monde ont contracté un cancer du col de l'utérus en 2018. En Belgique, près de 1 % des femmes contractent la maladie avant l'âge de 75 ans. Dans une nouvelle étude, Sciensano a fait le point sur le cancer du col de l'utérus et demande un programme de prévention uniforme dans tout le pays.
16 décembre 2019

Jeunes femmes atteintes d'un cancer du sein : baisse de 10%

Selon les derniers chiffres du registre de la Fondation contre le Cancer, le nombre de femmes de moins de 50 ans qui reçoivent un diagnostic de cancer du sein a diminué de 10% par rapport à il y a 10 ans. Le cancer du sein demeure toutefois la forme de cancer la plus courante chez les femmes.