ActuMalade
12 juin 2017

partagez

Les cas de paludisme diminuent dans le monde, mais augmentent en Belgique

Phénomène saisissant : le nombre de nouveaux cas de paludisme diminue de plus de 20 % partout dans le monde, sauf en Belgique où le nombre d'infections ne cesse d'augmenter. L'Institut de Médecine Tropicale (IMT) plaide pour davantage de prudence. 

9 contaminations sur 10 en Afrique

De 2010 à 2015, le nombre de cas de paludisme a diminué de plus de 20 % à l'échelle mondiale et le nombre de décès est passé de près de 1 million à moins de 500.000 par an. Bonne nouvelle, mais les chiffres sont moins optimistes dans notre pays. Le nombre de voyageurs belges contaminés augmente d'année en année. En 2012, 215 cas étaient recensés, contre 327 déjà l'an passé. Environ 9 contaminations sur 10 surviennent en Afrique et une part considérable d’entre elles concerne des personnes voyageant vers leur pays d'origine. 

En voyage plus souvent et plus loin

Comment expliquer cette augmentation ? L'IMT souligne le fait que les personnes voyagent de plus en plus souvent et plus loin. De plus, ces voyageurs ne sont pas toujours conscients des risques du paludisme. L'Institut souligne donc l'importance de la prévention, notamment à l'aide de moustiquaires, sprays et éventuellement de comprimés antipaludéens. Tout voyageur souffrant de symptômes grippaux de retour au pays devrait en outre se rendre chez le médecin. 
 

Article tags:

Autres articles

24 novembre 2020

Antibiotiques : utilisez-les à bon escient

La Belgique est l'un des pays d'Europe où la consommation d’antibiotiques est la plus élevée. Ceux-ci sont nécessaires, mais leur utilisation excessive entraîne l'émergence de bactéries multirésistantes dangereuses. 
05 novembre 2020

Vaccin contre la grippe : priorité aux personnes les plus vulnérables

Le vaccin contre la grippe devait être délivré en deux étapes cette année. Au cours de la première phase, la priorité a été donnée, entre autres, aux groupes à risque et aux personnes travaillant dans le secteur de la santé. Il a été décidé que la deuxième phase, qui s'adressait au reste de la population et devait commencer le 15 novembre, serait annulée.